L’avantage absolu d’Adam Smith

La loi de l’avantage absolu développée par Adam Smith en 1776 exprime l’idée qu’un pays gagne à se spécialiser dans les produits pour lesquels il détient un avantage absolu, c’est-à-dire des conditions de production meilleures que les autres pays.

Pour Adam Smith, la division du travail et la spécialisation constituent une source d’opulence. C’est là un moyen de produire davantage ou à moindre coût.

Selon Smith, un pays a intérêt à se spécialiser dans la production et l’exportation des biens dont il dispose d’un avantage absolu, et de délaisser la production des biens dont il est moins efficace par rapport aux autres pays. Une question se pose : que ce passe-t-il si les entreprises délaissent la production d’un bien X pour l’importer de l’extérieur ? Tout simplement ces dernières vont s’orienter à la production (la mobilité des facteurs de production) de l’autre bien dont le pays est plus efficace.

Dans ce cas, l’abondance de la production de ce bien X (qui ne constitue pas un avantage absolu pour le pays) générera un surplus, ce dernier peut être exporté à l’étranger pour importer moins cher les produits délaissés localement. L’échange dans ce cas devient avantageux pour les deux pays.

Selon cette théorie, « si un pays étranger peut nous fournir une marchandise à meilleur coût que nous sommes en mesure de la produire, il vaut mieux acheter la marchandise dans ce pays et se concentrer sur la production et la vente des marchandises que nous produisons plus efficacement » .

Tableau 1 : illustration de la théorie de Smith (en personne heure dans les deux pays)

Paysblé (1 tonneau)Drap (1 unité)
Portugal60100
Angleterre8090

D’âpres ce tableau, le Portugal a un avantage absolu dans la production du blé tandis que l’Angleterre a le même avantage mais dans celle du drap. De ce fait, le Portugal doit se concentrer dans la production du blé et d’importer de la GB le drap, et cette dernière se concentrera dans le drap et importera du Portugal le blé.

Tableau 2 : production du blé et du drap en heure de travail

 PortugalAngleterre
Un tonneau de blé50120
Une mesure de drap10040
  • En autarcie :

Le Portugal moyennant 100 000 heures de travail disponible, produit par exemple 500 mesures de draps et 1000 tonneaux de blé, pour répondre à la demande intérieure. Donc 1000 tonneaux de blé s’échangent contre 500 mesures de drap.

  • En libre échange :

Le Portugal va se spécialiser seulement dans la production du blé, soit 2000 tonneaux, dont 1000 pour le marché local et 1000 qui seront exporté en Angleterre

Contre les 1000 tonneaux vendus en Angleterre, le Portugal pourra obtenir plus que les 500 mesures de drap dont il devait se contenter en autarcie. En effet, en Angleterre, 1000 tonneaux représentent 120 000 heures de travail (1000 x 120), c’est-à-dire l’équivalent de 3000 mesures de drap (120 000/40 = 3 000).

Le Portugal avec la même dépense en travail, disposera, grâce au commerce international de la même quantité du blé (1000) et de six fois (3000= 500 x 6) plus de drap. Le même raisonnement peut être tenu, simultanément pour l’Angleterre qui pourra, elle aussi, obtenir sans effort supplémentaire plus de blé et de drap.

« La maxime de tout chef de famille prudent est de ne jamais essayer de faire chez soi la chose qui lui coûtera moins à acheter qu’a faire. Le tailleur ne cherche pas à faire ses souliers, mais il les achète au cordonnier: le cordonnier ne tache pas de faire ses habits, mais il a recours au tailleur ; la femme ne s’essaye point à faire les uns et les autres, mais il s’adresse à ces deux artisans et les fait travailler.

Il n’y en a pas un de tous qui ne voie qu’il y va de son intérêt d’employer son industrie toute entière dans le genre de travail dans lequel il a quelque avantage sur ses voisins, et d’acheter toutes les autres choses dont il peut avoir besoin, avec une partie du produit de cette industrie ou, ce qui est la même chose, avec le prix d’une partie de ce produit.

Ce qui est prudence dans la conduite d’une famille en particulier ne peut guère être folie dans celle d’un grand empire. Si un pays étranger peut nous fournir une meilleure marchandise à meilleur marché que nous sommes en état de l’établir nous-mêmes, il vaut bien mieux que nous la lui achetions avec quelque partie du produit de notre propre industrie, employée dans le genre dans lequel nous avons quelque avantage » Adam Smith, recherche sur la nature est les causes de la richesse des nations, 1776 .

Malgré cela, une grande question peut chambouler cette analyse : si un pays a deux avantages absolus et que l’autre n’en a aucun ? Le libre-échange serait impossible ?

C’est le silence smithien, Smith n’a rien dit sur ce point, mais un autre économiste classique est venu pour compléter La loi de l’avantage absolu smithienne, David Ricardo (plus de détails ici)

Article précédentLe protectionnisme et ses théories
Article suivantL’avantage comparatif de David Ricardo

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici