le brainstorming

Le brainstorming est la technique de créativité la plus connue, la plus employée et aussi la plus mal utilisée. En réalité, elle exige une grande discipline. il est un processus de génération de nouvelles idées.

Définition du brainstorming

Avec l’invention de la méthode du « brainstorming » en 1935, Alex Osborn est reconnu comme un pionnier de la créativité en entreprise.
Il a observé le comportement de chacun en réunion. Il s’est aperçu que la plus grande partie des énergies déployées servait à critiquer de manière destructrice les idées des autres.

Au cours de la première phase de recherche des idées, il décida d’interdire toute critique. C’est ainsi qu’il a introduit la pensée créative dans le monde de l’entreprise.

Selon Alex Osborn le brainstorming est « une technique de conférence par laquelle un groupe tente de trouver une solution à un problème spécifique en recueillant spontanément toutes les idées de ses membres ».

Utilisation

L’idée du brainstorming est de réunir un certain nombre de personnes sur une thématique précise. Il s’agit de générer autant d’idées que possible dans un temps très court grâce au jugement différé qui consiste à :

  • énoncer d’abord un grand nombre d’idées ;
  • les évaluer, ensuite, après avoir pris du recul.

Pour le pilote, mener ce type d’animation relève, d’une organisation précise, au risque de passer à côté de l’objectif poursuivi.

« Le meilleur moyen d’avoir de bonnes idées, c’est d’en avoir beaucoup. »

LINUS PAULING, PRIX NOBEL

Pour maximiser la production d’idées, il faut qu’elle se déroule en deux temps :

  • un temps de production pure d’idées qui permet d’énoncer massivement et sans détails, en stimulant les associations ;
  • un temps d’approfondissement des idées où elles sont détaillées pour être comprises et exploitées.

Bénéfices

Le brainstorming est une technique qui peut être utilisée dans un grand nombre de contextes tels que :

  • la résolution de problèmes ;
  • la recherche d’idées innovantes ;
  • la définition d’une stratégie.

Le principe est de générer autant d’idées que possible : la quantité semble l’emporter sur la qualité ! Mais au final, ce sont bien des idées de qualité qui apparaissent.

Même connectée de façon mineure au sujet, toute idée est bienvenue. L’attitude « candide » est nécessaire pour trouver des idées improbables, novatrices, décalées…, et des solutions nouvelles.

Précautions

  • Dans la phase d’élaboration des idées, mettez votre pensée critique de côté ! Le principe est de générer des idées « jamais entendues ».
  • L’esprit critique tue la créativité. Il est primordial de préserver le flux d’idées et d’éviter de détruire les pensées des autres.
  • La critique des avis bruts se fait dans une phase ultérieure, où une solution adaptée à la situation est construite.
  • Certaines personnes manquent de confiance en elles ou ont peur d’être critiquées, cela peut nuire à la génération d’idées. Vous pouvez alors adapter la méthode de collecte des idées : par Post-it® dans un premier temps puis lecture de l’idée…
  • Prenez garde à une définition trop large du sujet : les solutions exposées seront trop vagues et inexploitables.
  • Évitez de laisser libre court à des questions ou des explications de concept pour favoriser la génération d’idées : gardez le rythme !
  • La durée idéale d’une session de brainstorming est au maximum d’une heure.

La plupart des individus atteignent leur limite au terme de ce délai.

Plus longtemps, la discussion risque de perdre en énergie et en qualité, avec le risque de brouiller la clarté des meilleures idées émises en cours d’échange.

Mieux vaut programmer une nouvelle session que de laisser la rencontre s’éterniser trop longtemps.

le brainstorming
Figure 1 – Nombre d’idées émises en fonction du temps

Démarche

La démarche du brainstorming peut être résumer en 4 étapes :

Choisir le sujet

  • Prendre un sujet avec un haut potentiel d’amélioration.
  • Le sujet doit être suffisamment spécifique pour focaliser l’énergie pendant la réunion.
  • Ouvrir le sujet suffisamment pour permettre la créativité.

Former le groupe

  • Idéalement entre 8 et 12 participants.
  • Composition optimisée :
    • Mélanger (si possible) compétences et connaissances.
    • Veiller à ne pas mélanger les niveaux hiérarchiques.

Choisir la ou les techniques

  • Diagramme Causes/Effets
  • Les 5 pourquoi
  • Toujours préparer une ou plusieurs techniques de rechange si les premières ne donnent pas satisfaction
  • Prévoir une relance durant le brainstorming pour obtenir plus d’idées.

Gérer les moindres détails

  • Planifier suffisamment à l’avance la réunion.
  • Inviter les participants
  • Réserver la salle de réunion.
  • Préparer la réunion (matériels de projection, position des chaises, des tables, tableaux, post-it®, crayons…)

La répartition des rôles durant la réunion de brainstorming

RôleComportements attendusComportements inappropriés
RégulateurVeille au respect des règles.
Stimule la génération d’idées.
Implique tous les participants dans le processus.
Maintien le bon niveau d’énergie et la motivation.
… sans gérer le contenu des idées fournies.
… sans mettre en compétition.
… avec favoritisme et exclusion de certains participants.
… avec manipulation des participants.
SecrétaireNote les idées sur le tableau.… en les modifiant.
ParticipantGénère autant d’idées que possible.
Pose des questions et participe aux discussions.
… tue les idées des autres.
… sans essayer de trouver des solutions avec les autres.
ExpertExplique le problème.
Répond aux questions et donne des informations complémentaires.
… en étant un « tueur d’idées ».
Tableau 2 – La répartition des rôles durant la réunion de brainstorming

Exemple

Des thèmes de réflexion peuvent être proposés sous forme de camembert. Prenons le cas d’identification des risques sur un projet.

  • Dessinez les secteurs avant de lancer la session de brainstorming.
  • Accordez 10 minutes pour noter les risques sur une note Post-it® (un risque par papier).
  • Quand tout le monde a terminé, pendant 10 minutes, chacun vient coller sa contribution sur le cercle. Tout le monde a le droit d’avoir de nouvelles idées et de coller d’autres étiquettes. C’est d’ailleurs l’intérêt de l’atelier.
  • Enfin, un partage en commun permet d’échanger sur les risques, leur compréhension,…
  • On pourra ensuite mener une deuxième réunion pour chiffrer ces risques.
Exemple du brainstorming

Pour des groupes de taille importante, définissez des sous-groupes et affectez à chacun 3 ou 4 thèmes (le sous-groupe 1 aura les trois thèmes : Périmètre/Taille, Outils/Méthodes et Organisation projet, …).

Le brainstorming inversé

En tant qu’analystes, nous avons souvent des problèmes à résoudre et nous aboutissons souvent aux mêmes conclusions.

Le brainstorming inversé, ou brainstorming négatif, vous aide à résoudre les problèmes en combinant les techniques de brainstorming et l’inversion. Vous obtiendrez des idées plus créatives.

Question typiqueQuestion inversée
« Comment puis-je résoudre ou prévenir ce problème ? »« Comment pourrions-nous agir pour obtenir le problème et l’amplifier si possible ? »
« Comment puis-je obtenir ces résultats ? »« Que pourrions-nous faire pour être certains de ne pas obtenir les résultats ? »

Le marketing et la communication utilisent ce type de démarche pour gérer plus de créativité, on parlera de reverse-thinking.

Utilisation

Le brainstorming inversé sera utilisé pour favoriser la génération d’idées nouvelles et inattendues. Vous pouvez utiliser cette méthode durant un brainstorming comme technique de relance.

Cette technique est très efficace pour aider l’équipe à trouver des opportunités sur le projet mené.

Bénéfices

Cette technique facilite l’identification de nouvelles solutions à des problèmes complexes car vous élargissez le champ des possibles.

Cette méthode vous permet de vous focaliser sur les causes du problème et pas seulement sur les effets. Vous utilisez l’énergie des ronchons qui participent très volontiers puisqu’il faut citer des idées négatives. Généralement, ces séances sont sources de fous rires car elles nous mènent à des situations cocasses.

Précautions

Les participants peuvent avoir l’impression de devoir résoudre un paradoxe ou même de répondre à côté de la question de départ. Cela provoquera parfois une incompréhension de la démarche. Il est alors utile que l’animateur rassure le groupe et précise l’intérêt de ces détours, à savoir qu’ils permettent de favoriser la production d’idées et de changer d’angle de vue.

Les compétences en dynamique de groupe et en animation de groupe de l’animateur sont essentielles pour mener à bien ce travail de production d’idées.

Démarche

Le brainstorming inversé peut suivre la démarche suivante :

 Le brainstorming inversé

Exemple

Un client était confronté à de nombreux retards sur ses projets (pour ne pas dire tous ses projets). Lors d’un atelier avec différents chefs de projets triés sur le volet, nous recherchons des solutions. La première demi-heure de travail reste peu productive car l’élément récurrent
est : le problème est ailleurs. Les fournisseurs ne sont pas fiables, les clients changent toujours d’avis et au dernier moment, le personnel manque de formation, le siège nous impose des règles inadaptées,…

Nous avons donc mis en place un brainstorming inversé. La question n’était plus « Comment éviter les retards sur les projets ? » mais « Comment être sûr de ne jamais finir nos projets ? »

De nombreuses idées ont émergé : « Il serait bon de ne pas réaliser de planning », « on pourrait ne pas suivre le planning », « il faudrait recruter de mauvais profils », « on devrait surcharger le personnel sur trop de projets »,…

Nous avons repris chaque proposition pour les détailler. Bien entendu, chaque chef de projet réalise un planning. En creusant, nous nous sommes aperçus que les plannings étaient constitués en début de projet sans mise à jour durant la vie du projet ! Ces plannings
étaient basés sur un modèle type que Ton présentait au client pour le rassurer mais comme chacun s’accordait à dire que l’on serait en retard, la mise à jour était inutile…

Les chefs de projets ont pris conscience de nombreuses mauvaises habitudes. Nous avons mis en place des formations sur les pratiques de gestion de projet en insistant sur le sens de chaque action pour pérenniser la démarche. Durant ces ateliers, nous avons utilisé les exemples concrets obtenus lors du brainstorming inversé.

Article précédentLa logistique en entreprise
Article suivantTypologie de production

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici