charges de la comptabilité analytique : cours avec un exemple

Les charges de la comptabilité analytique sont  des charges qui seront utiliser pour calculer les  coûts de l’entreprise.
 
On distingue les charges incorporables et les charges non incorporables, selon que leur incorporation aux coûts est, ou non, jugée raisonnable par le chef d’entreprise
 
Charges CAE = Charges CG – charges non incorporables + Charges supplétives

Les charges incorporables de la comptabilité générale

Les charges de la comptabilité générale constituent la base du calcul des coûts. Ces charges ne sont pas utilisables en l’état. Il faut les retraiter pour ne retenir que les charges liées à l’activité.
  •     On exclura donc les charges exceptionnelles, non liées à l’activité par leur définition même.
  •     D’autres charges dont le montant est fortement associé à des règles juridiques ou fiscales peuvent être recalculées sur la base de considérations plus économiques. On enlèvera donc les charges enregistrées en comptabilité générale pour leur substituer des charges dites de substitution. Il s’agit essentiellement des amortissements, des provisions et des stocks.
Exemple : Un matériel industriel de valeur initiale 100 000 euros. est amorti comptablement en linéaire sur 5 ans, d’où une annuité de 20 000 euros. A la fin de la première année, sa valeur nette comptable est donc de 80 000 euros. le matériel est expertisé pour 70 000 euros. La charge économique réelle est donc de 10 000 euros. supérieure à la charge constatée en comptabilité générale. On substitue aux 20 000 euros. de charge comptable les 30 000 euros. de charge économique (soit une différence positive de 10 000 euros.)
  •         Des charges dont la périodicité ne correspond pas à la période de travail pourront être abonnées. Elles ne seront jamais prises en compte dans leur intégralité mais réparties également sur l’ensemble de leur période de référence. Une charge payée une fois l’an est répartie par douzième sur chaque mois ou par quart sur chaque trimestre…
Exemple : une prime d’assurance de 12 000 euros. payée en février pour l’ensemble de l’année civile sera abonnée à raison de 1 000 euros. par mois de janvier à décembre.

Les charges supplétives

Les charges supplétives sont des charges incorporées aux coûts, mais qui ne figurent pas dans la comptabilité générale.
Elles sont de deux  types :
  •      La rémunération de l’exploitant individuel : dans les entreprises où la rémunération du travail de l’exploitant n’est pas inscrite dans les charges, il y a lieu, du point de vue du calcul des coûts, d’incorporer une charge calculée qui soit la contrepartie de l’activité de l’exploitation et de celle des membres de sa famille participant à l’exploitation ;
  •      La rémunération des capitaux propres : bien que la rémunération des capitaux propres ne soit pas enregistrée en comptabilité générale, elle n’en constitue pas moins une charge économique de l’entreprise, au même titre que la rémunération des capitaux empruntés.

La démarche du calcul des charges de la comptabilité analytique

On peut proposer une démarche en 3 étapes :

Elimination des charges non incorporables par nature


 
 
 

Charges 

 
 
 
 
de
 
 
la 
 
 
comptabilité 
 
 
 
 
générale
Charges d’exploitation
Achats
Services extérieurs et autres charges externes 
Impôts et taxes 
Charges de Personnel 
 Autres charges d’exploitation
Dotations aux amortissements et provisions d’exploitation 
Charges de la comptabilité générale éventuellement incorporables par nature.
Charges financières
Charges financières 
Dotations aux provisions à caractère financier 
Charges exceptionnelles 
Charges exceptionnelles 
 Dotations à caractère exceptionnel 

Elle consiste à éliminer les charges exceptionnelles qu’elles soient réelles (donnant lieu à décaissement) ou calculées.

 Analyse des charges éventuellement incorporables (élimination, réévaluation)

La plupart des charges seront reprises en l’état. La découverte de charges non incorporables après analyse constitue une exception ; l’importance des abonnements est directement liée aux différences de périodes prises en compte en comptabilité générale et en comptabilité analytique (une comptabilité analytique mensuelle associée à un compte de résultat annuel, par exemple).
 
Différences positives sur charges de substitution et abonnement

 
 
Charges
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 incorporables
Charges de la comptabilité générale éventuellement incorporables par nature.
Charges reprises en l’état pour leur valeur de comptabilité générale 
Différences négatives sur charges de substitution et abonnement
Charges non incorporables après analyse

3. Détermination des charges supplétives

  
Charges incorporables
 Charges incorporées aux coûts
Charges supplétives
Rémunération du travail de l’exploitant
Rémunération des capitaux propres
Les capitaux propres sont constitués par le capital social, les réserves et l’éventuel report à nouveau.
Les charges supplétives sont évaluées sur la base des prix de marché constatés (rémunérations des catégories de personnel comparables dans des entreprises de même importance, taux d’intérêt).
 
Cette incorporation se justifie par des considérations de comparabilité (entre entreprises ou entre sites d’une même entreprise).

 Exercice corrigé sur les charges de la comptabilité analytique

Dans le compte de résultat d’une entreprise canadienne, on trouve les charges suivantes (en euros) pour le mois de février de l’année N :
 
Achats de matières premières……………………………………………….. 120 000
Autres achats et charges externes………………………………………….. 85 000
 Charges de personnel…………………………………………………………… 260 000
 Dotations aux amortissements……………………………………………….. 32 000
Dotation pour dépréciation des stocks de produits finis………….        1 000
 Dotations aux provisions pour risques (litige fiscal)……………….       2 000
 Charges exceptionnelles………………………………………………………….. 5 000
TOTAL DES CHARGES…………………………………………….. 505 000
 
La rémunération des capitaux propres, dont le montant s’élève à 300 000, est calculée sur la base d’un taux annuel de 8 %.
 
Le chef d’entreprise désire tenir compte de la valeur de remplacement du matériel industriel pour le calcul des coûts, la dotation aux amortissements ainsi calculée atteint un montant de 38 000.
 
 Par ailleurs, son salaire mensuel, non compris dans les charges de personnel, est de 4 000 euros.
 
Les autres achats et charges externes comprennent un loyer trimestriel, payé d’avance, pour 3 000 euros.
 
La dotation pour dépréciation des stocks de produits finis est partiellement justifiée à hauteur de 500 euros.
SOLUTION
 
Les charges non incorporables sont les suivantes :
     Charges exceptionnelles………………………………………………………….. 5 000
Dotations aux provisions pour risques (litige fiscal)……………………… 2 000
TOTAL DES CHARGES NON INCORPORABLES..                        7 000
 
Certaines différences d’incorporation sont à prendre en compte :
 
  En comptabilité générale, la dotation aux amortissements s’élève à 32 000 euros, la dotation calculée sur la valeur de remplacement est de 38 000 euros; d’où une différence d’incorporation de
38 000 – 32 000 = 6 000.
 
Cette différence augmente les coûts.
 
La dotation pour dépréciation des stocks de produits finis constatée en comptabilité générale n’est pas conforme à la réalité économique ; la différence d’incorporation est de 500 – 1 000 = -500.
 
Cette différence diminue les coûts.
 La comptabilité générale a enregistré le loyer professionnel pour trois mois, la charge à imputer est calculée pour un mois (période de référence pour le calcul des coûts) ; la différence d’incorporation est de
1 000 – 3 000 = -2 000.
 
 Cette différence diminue les coûts
 
TOTAL DES DIFFERENCES D’INCORPORATION 3 500
 
Il convient d’intégrer les éléments supplétifs :
 
Rémunération des capitaux propres
300 000 x 8% x1/12 = 2 000
Salaire mensuel du dirigeant
4 000
TOTAL DES ELEMENTS SUPPLETIFS
6 000
CHARGES INCORPOREES DANS LE CALCUL DES COUTS
TOTAL DES CHARGES DE LA COMPTABILITE GENERALE
505 000
TOTAL DES CHARGES NON INCORPORABLES
7 000
TOTAL DES DIFFERENCES D’INCORPORATION
+3 500
TOTAL DES ELEMENTS SUPPLETIFS
+6 000
TOTAL DES CHARGES INCORPOREES AUX COUTS
507 500
Article précédentLe découpage en centres d’analyse (sections analytiques) avec un exemple
Article suivantles coûts directs et les coûts indirects

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici