La classification des entreprises

Les typologies sont destinées à classer des éléments, ici c’est la classification des entreprises, à partir de différents critères. Elles Permettent:

  • Une représentation simplifiée de la réalité,
  • Une comparaison dans le temps et dans l’espace,
  • A une E/se de situer ses performances par rapport à des unités de la même classe qu’elle.

Pour effectuer une classification des entreprises, on utilise des critères permettant de faire des regroupements. Il est par ailleurs intéressant d’étudier les évolutions dans le temps du résultat de ces classifications.

Les critères de classification des entreprises

En raison de la diversité des entreprises, de multiples critères de classifications sont opérées.

Critères juridiques

En fonction de la personne qui détient le capital et des objectifs retenus par l’entreprise, on distingue deux types d’entreprises :

  • les entreprises publiques : leur capital est détenu totalement ou en partie par l’Etat ou les collectivités publiques.
  • les entreprises privées où on distingue les entreprises individuelles dans lesquelles un seul propriétaire assume tous

les risques financiers (c’est le cas des artisans et des commerçants) ensuite il y a les sociétés où plusieurs associés assument tous les risques (société de personnes) ou une partie seulement (société de capitaux : SA, SARL).

Critères dimensionnels

Les éléments ci-dessous pris séparément ou ensemble permettent de distinguer les petites, moyennes et grandes entreprises.

– le Chiffre d’affaires : mesure la part de marché de l’entreprise.

– la Valeur ajoutée: mesure la richesse créée à l’intérieur de l’entreprise.

– l’Effectif : permet d’apprécier l’importance du facteur de production travail.

– les Capitaux propres : mesurent entre autre l’importance des fonds apportés par les propriétaires.

– le Résultat de l’entreprise, traduit la rentabilité de l’entreprise.

Critères basés sur l’activité économique

Selon la nature de leur activité, les entreprises sont aussi classées par branche ou par secteur. Une même entreprise peut se trouver classée dans plusieurs branches ; elle est par contre toujours classée dans un même secteur, celui qui correspond à son activité principale.

La classification des entreprises

on retient les trois critères cités ci-dessus qui permettent de classer les entreprises et on ajoute trois autres qui sont : la performance, la nationalité et champ d’action.

classification dimentionnelle des entreprises

L’application des critères de mesure de la taille conduit à distinguer les petites entreprises PE, les PME et les grandes entreprises. Le plus souvent, c’est notamment le critère de l’effectif parmi d’autres qui est retenu pour réaliser cette partition.

l’effectif : Le critère de l’effectif fait référence car il est simple d’accès et facile à mettre en oeuvre. On distingue ainsi :

USA:

1-250 === petite E/se
250-500 === moyenne E/se
> 500 === grande E/se

France:

0-9 === très petite E/se
10-49 === petite E/se
50-499 === moyenne E/se
> 500 === grande E/se

La valeur ajoutée : c’est la richesse crée par l’entreprise, ce critère mesure la contribution de l’entreprise au PIB et son dynamisme.

Le bénéfice : on peut classer les entreprises non pas seulement par leur chiffre d’affaires ou valeur ajoutée, mais par leur bénéfice.

– La part de production exportée.

le capital immobilisé et la capacité de production : Le capital immobilisé constitue également un autre critère utilisable pour différencier les entreprises.

Mais ce critère peut se révéler inadéquat pour des comparaisons car certaines activités nécessitent un capital important (industrie automobile, transport maritime, flotte de bâtiments) et d’autres non. Le critère capital immobilisé peut alors être couplé avec celui de la capacité de production.

– les résultats (CA, VA et bénéfices).

Classification économique selon le secteur d’activité

Avant de procéder  cette classification des entreprise, on va définir les concepts de secteur, de branche et de filière.

  • Le secteur correspond à l’ensemble des entreprises qui exercent la même activité principale. Exemples : secteur de la construction, secteur de l’éducation, de la santé.
  • La branche est un regroupement comptable de toutes les unités de production qui fabriquent le même produit. Exemples : toutes les entreprises produisant des téléphones
  • La filière comprend toutes les activités qui participent d’amont (matières premières) en aval (commercialisation) à la création et à la vente de certaines catégories de produits. Exemples : la filière bois, la filière chimique, la filière pétrolifère (Esso extraction du pétrole en mer, sur terre, raffinage, distribution dans stations services).

Secteur d’activité

Colin Clark découpe le système productif en trois grands secteurs d’activité :

  • Le secteur primaire qui regroupe les entreprises dont les activités sont liées à l’exploitation du milieu naturel, et aboutissent à la mise à disposition de matières premières. Il comprend : l’agriculture, la pêche, la sylviculture et l’extraction minière.
  • Le secteur secondaire qui rassemble les entreprises réalisant la transformation des matières premières en biens de production ou en biens de consommation : industrie, BTP, constructeurs automobiles, avionneur (Dassault, Airbus, etc.).

Bref, il comprend l’artisanat et les entreprises industrielles.

  • Le secteur tertiaire inclut les entreprises de services : commerces, banques, assurances, transport, administration mais aussi services aux personnes tels que les coiffeurs, pressings, etc.

Clark introduit un nouveau concept: “La loi des trois secteurs”. Le développement économique est lié à l’évolution de la part respective de chacun des 3 secteurs dans l’activité économique;

  • Au départ, c’est le secteur primaire qui est dominant,
  • Puis, le secteur secondaire se développe, et finit par dépasser le secteur primaire,
  • Enfin, le secteur tertiaire prend de l’importance et devient petit à petit dominant.

Certains proposent un secteur quaternaire, appelé aussi nouvelle économie, qui regroupe l’ensemble des activités de service liées à la gestion et à la diffusion de l’information : Internet, multimédia.

D’autres qualifient de secteur quaternaire le secteur d’activités non concurrentiel qui concerne des productions sociales et écologiques, on parle alors d’entreprises d’cconomies solidaires ou sociales (exemples : crédit solidaire ou micro crédit, le commerce solidaire).

La branche d’activité et filière :

Le secteur regroupe des entreprises qui ont la même activité principale, (ex : carrefour , secteur commerce distribution).

exemples des secteurs des entreprises :

  • agriculture, forêts, pêche ;
  • mines et énergies ;
  • industrie de transformation ;
  • bâtiments et travaux publics ;
  • commerce ;
  • transport et communication ;
  • banques et assurances ;
  • hébergements et restauration ;
  • les autres services.

Une branche regroupe des entreprises qui fabriquent les mêmes produits, et donc une entreprise qui fabrique plusieurs produits sera classée dans plusieurs branches.

Une filière représente une chaîne d’activités qui se complètent, liées entre elles par des opérations d’achat et de vente. Elle regroupe toutes les entreprises et toutes les branches qui participent à l’élaboration d’un produit final, c’est donc l’ensemble des entreprises qui mettent un produit à la disposition d’une consommation finale grâce à une succession d’opérations réalisées par des entreprises différentes qui se complètent.

classification juridique des entreprises

Toute entreprise légalement constituée doit déposer des statuts auprès de l’autorité compétente (préfecture, greffe du tribunal de commerce). Les statuts sont des documents écrits qui fournissent certaines informations sur l’entreprise (nature, siège..), son activité, son mode de gestion.

Le statut juridique est fonction du type d’organisation (ex : pour les entreprises sociétaires, cela peut être une société anonyme, une société à responsabilité limitée. On distingue :

Les entreprises privées : Bien que la responsabilité du propriétaire soit totale, les entreprises individuelles présentent l’avantage d’être des structures simples à créer.

Cette forme juridique est le plus souvent retenue par des artisans commerçants, exploitants agricoles et les petites entreprises industrielles.

Les sociétés permettent de regrouper les apports de plusieurs associés. C’est particulièrement vrai pour la SA qui doit comprendre plusieurs actionnaires et qui est la forme juridique des grandes entreprises.

La S.A.R.L est une structure simple qui permet de limiter la responsabilité financière des associés au montant de leurs apports.

les entreprises du secteur public : L’apparition de ce secteur est liée à des raisons politiques, économiques et sociales.

Les entreprises semi-publiques : ce sont des entreprises contrôlées par les pouvoirs publics (choix d’investissement, niveau des prix, emploi…) mais où des personnes privées participent au financement ou à la gestion.

Les entreprises publiques : L’Etat détient l’intégralité du capital, et possède le pouvoir absolu de décision et de gestio- Les entreprises à bût social (les sociétés coopératives).

D’autres critères peuvent caractériser les entreprises, on cite la performance, la nationalité et le champ d’action.

La performance

La performance d’une entreprise peut être mesurée à l’aide de critères :

– Quantitatifs : chiffre d’affaires, résultat, valeur ajoutée…

– Qualitatifs internes (nombre d’accidents du travail, nombre de salariés qui ont suivi une formation) ou externes (niveau de pollution..).

La nationalité

La nationalité d’une entreprise est celle de son lieu de résidence tel qu’il est déterminé dans les statuts. Si une entreprise a plusieurs établissements implantés dans des pays différents, chaque établissement prend la nationalité du pays d’accueil. L’organisation centrale (ex : société mère) caractérise la nationalité de l’ensemble.

Le champ d’action

Le champ d’action d’une entreprise est le territoire géographique de son intervention. Il peut-être local, départemental, régional, national.

Article précédent9 exercices corrigés sur le marché de la concurrence monopolistique [PDF]
Article suivantL’organisation d’un service d’audit interne

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici