La fonction financière de l’entreprise

La fonction financière a toujours occupé une place privilégiée dans la gestion de l’entreprise car elle concerne son existence même : sa naissance, sa croissance, son autonomie et sa survie.

La complexité croissante d’un environnement économique et financier de plus en plus instable, donne aujourd’hui à la gestion financière une position prépondérante.

Ceci dit, au sein des entreprises, le problème de la gestion financière vient de la confusion entre finance et comptabilité. Il est vrai que la gestion financière appartenait historiquement aux comptables. Or, la comptabilité n’est pas le meilleur moyen et l’outil le mieux adapté à la gestion prévisionnelle aux problèmes d’endettement, de prise de risques, de planification de liquidité ou d’analyse de résultats car les comptables ne sont pas là pour fournir des faits mais pour élaborer les chiffres dans le respect des règles.

I. Définition de la fonction financière

La fonction financière met en œuvre les capitaux. Elle commande la circulation des capitaux à l’intérieur de l’entreprise et les échanges des capitaux avec l’extérieur.

La fonction financière peut être comparée à la fonction de circulation sanguine dans l’organisme humain.

II. Place et rôles de la fonction financière dans l’Entreprise

1. Intérêt de la fonction financière pour les besoins d’exploitation et d’investissement

La vie de l’entreprise peut s’analyser en deux cycles : le cycle d’exploitation et le cycle d’investissement.

Ces deux cycles créent des besoins de financement.

La fonction financière est au cœur de l’entreprise car elle permet d’assurer le financement des activités de la firme par les moyens les plus appropriés.

C’est une fonction très importante pour toutes les entreprises.

Avant de prendre une décision pour une entreprise, il faut bien connaître la situation financière.

La santé financière de l’entreprise intéresse les gestionnaires, les actionnaires, les partenaires externes et surtout les prêteurs.

2. Rôles de la fonction financière dans le cycle de vie de l’entreprise

La fonction financière a deux priorités :

  • Procurer à l’entreprise, au bon moment les fonds dont elle a besoin ;
  • Contrôler la bonne utilisation de ses fonds et la rentabilité des investissements réalisés

La fonction financière est importante durant tout le cycle de vie de l’entreprise : lors de sa création et au cours de son développement.

III. Solvabilité et rentabilité

1. Définition et mesure de la solvabilité de l’entreprise

Définition de la solvabilité

La solvabilité est la capacité de l’entreprise à faire face à ses engagements à leur échéance.

  • Les engagements de l’entreprise :

Les engagements de l’entreprise concernent :

  • ses opérations courantes : paiements des salaires, intérêts des emprunts….
  • ses dettes envers les fournisseurs, les banques….
  • ses prélèvements obligatoires : impôts, charges sociales.

 

  •  Solvabilité et notoriété de l’entreprise :

Quand l’entreprise ne peut pas faire face à ses engagements à leur échéance, son image peut se dégrader. Elle peut avoir une réputation de « mauvais payeur ». Par conséquent, certains partenaires (banques, fournisseurs) peuvent refuser de poursuivre leurs relations.

Mesures et appréciations de la solvabilité

Pour mesurer la solvabilité de l’entreprise, on utilise les ratios. Ce sont des rapports de deux grandeurs économiques. Grâce aux ratios, on peut comparer dans le temps (évolution de la même E/se à travers les années) et dans l’espace (entre entreprises du même secteur et de même taille) pour prendre tout leur effet.

Ratio  Utilité  Formule  Interprétation
Ratio de solvabilité à court terme La notion de
solvabilité à court
terme permet de
mesurer la capacité
d’une E/se à rembourser ses
dettes à court terme (DCT)

 

R= (Créances + trésorerie actif) / DCT R ≥ 1 signifie que les
dettes à court terme sont entièrement couvertes par les ressources à court terme et qu’il existe un excédent de liquidités à la disposition de l’E/se.
Ratio d’autonomie financière La règle de l’autonomie
financière veut que le montant des dettes ne dépasse pas le montant des
capitaux propres.

La règle de l’autonomie financière a pour objet d’apprécier l’indépendance de
l’E/se à l’égard de ses prêteurs.

R= Capitaux propres / Dettes R ≥ 1 signifie que
l’autonomie financière est bonne, que l’entreprise est capable de faire face à ses dettes par ses propres ressources.

 

2. Définition et mesure de la rentabilité

Définition de la rentabilité

La rentabilité est un indicateur d’efficacité, qui établit une comparaison entre les moyens mis en œuvre (investissement ou dépense initiale) et les résultats obtenus grâce à ces moyens. Elle mesure l’aptitude d’un capital à dégager un bénéfice.

La rentabilité de l’entreprise peut varier selon la phase du cycle de vie de l’entreprise. Par exemple, en phase de démarrage, la rentabilité peut être faible.

Mesures et appréciations de la rentabilité

Ratio  Utilité  Formule
Ratio de rentabilité financière La rentabilité financière intéresse davantage les associés car elle mesure la rémunération du risque qu’ils ont pris en investissant dans l’entreprise R= Résultats nets / capitaux propres
Ratio de rentabilité commerciale La rentabilité commerciale ou d’exploitation mesure la contribution des ventes dans la réalisation des résultats de l’entreprise R= résultats d’exploitation / chiffre d’affaires

Ou

R= Résultats nets / chiffre d’affaires

 

IV. Financement du cycle d’exploitation et de l’investissement

Toute entreprise doit procéder à une évaluation des capitaux dont elle a besoin. Pour cela, elle doit distinguer les besoins de financement liés au cycle d’investissement (dépenses pour le long terme, que ne seront récupérées qu’après quelques années) et ceux liés au cycle d’exploitation de l’entreprise (dépenses de court terme, qui seront récupérées dans quelques mois).

1. Financement du cycle d’exploitation

Le besoin en fonds de roulement (BFR)

Le décalage entre les fonds engagés dans le cycle d’exploitation, leur récupération au moment du règlement des clients et la nécessité de redémarrer un nouveau cycle d’exploitation est à l’origine du : Besoin du fond de roulement d’exploitation.

Les moyens de financement

Souvent, les entreprises doivent trouver des moyens de financement à court terme pour financer leur cycle d’exploitation.

  • Le crédit fournisseurs

Le crédit fournisseurs est un crédit accordé par les entreprises fournisseurs aux entreprises clientes. Ainsi, les entreprises clientes négocient avec leurs fournisseurs les délais de paiement qui peuvent être de 30, 60 ou 90 jours.

La créance peut être matérialisée par une facture, une traite ou un effet de ce commerce (cas le plus fréquent).

BFR = Actif circulant hors trésorerie – Passif circulant hors trésorerie

Avantages et limites

Avantages  Inconvénients
  • Crédit rapide et automatique
  • Absence de formalités
  • Crédit adapté aux variations de l’activité
  • Charges financières (intérêts) nulle
  • Renoncement à l’escompte (si l’entreprise paie comptant, elle va bénéficier de l’escompte)
  • Dépendance à l’égard du fournisseur
  • Risque d’insolvabilité pour le fournisseur
  • L’escompte :

L’escompte est un crédit qui permet à l’entreprise de percevoir le montant d’une créance avant son échéance.

L’entreprise remet à sa banque un effet de commerce, la banque lui avance le montant de la créance diminué des agios.

Avantages et inconvénients :

Avantages Inconvénients
  • Il permet de faire face à des problèmes de trésorerie par vente des créances
  • L’entreprise permet de détenir des liquidités avant l’échéance
  • Les effets peuvent être utilisés pour payer ses propres fournisseurs, ce qui permet de diminuer les frais financiers
  • Les effets de commerce de faible valeurs ou de courte période coûtent plus chers pour les entreprises car les banques leur appliquent des agios plus élevés (certaines composantes des agios sont fixes quel que soit le montant ou la durée)
  • Le factoring (l’affacturage)

L’entreprise vend ses créances commerciales à une société d’affacturage (factors).

Les factors achètent tout ou partie des créances clients d’une entreprise et avance des liquidités à l’entreprise. Ils se chargent d’obtenir le règlement ensuite.

Le coût d’affacturage : Il se compose :

  • Du coût des services : commission proportionnelle au montant des créances
  • Du cout de financement : intérêts sur le capital avancé.

Avantages et inconvénients :

Avantages Inconvénients
Il permet à l’entreprise :

  • D’éviter le risque de non paiement
  • D’être payée immédiatement et donc une trésorerie allégée
  • D’éviter les couts administratifs et les problèmes comptables de recouvrement
  • C’est un procédé couteux, il dépersonnalise la relation entreprise-client
  • Les facilités de caisse

La facilité de caisse est une ouverture de crédit de très courte durée (quelques jours) accordée notamment en fin de mois.

L’entreprise demande ainsi l’autorisation d’avoir son compte débiteur quelques jours par mois (en général entre le 25, date de paiement des salaires, et la fin du mois, date de paiements des clients).

– Avantages : Procédure d’obtention souvent facile et rapide.
– Inconvénients : Intérêts chers

  • Le découvert :

Le découvert est une avance consentie dans la même forme que la facilité de caisse, mais pour une période de plus longue durée, de quelques mois, puis renouvelée. Le montant maximum de découvert et sa durée sont fixés par le banquier.

Le découvert permet à l’entreprise de surmonter des difficultés passagères.

– Avantages/ inconvénients : idem que facilité de caisse

2. Financement de l’investissement

Notion de l’investissement

  • Définition de l’investissement

L’investissement est l’opération par laquelle une entreprise acquiert des biens durables qui seront utilisés pendant plusieurs cycles de production et dont elle espère à terme une rentabilité.

  • Classification des investissements

Classification des investissements selon leur nature :

Investissements matériel (corporels) Achat de biens corporels, physiques (machines, bâtiments, terrain, véhicules,…)
Investissements immatériel (incorporels) Financement de biens incorporels destinés à améliorer le potentiel productif de l’entreprise (conception de logiciels, publicité, formation du personnel, Dépenses de R & D (Brevets, licences d’exploitation), études marketing, ….
Investissements financiers Droits de créances (prêts, dépôts) ou de titres pour les conserver à long terme (titres, prise de participation, acquisition d’actions boursières,…).

Classification des investissements selon l’objectif :

Investissements de création  Acquisition de terrains, locaux, machines, … lors de la naissance de l’entreprise.
Investissements de renouvellement Remplacement des biens anciens ou usés.
Investissements de modernisation  Remplacement de biens obsolètes par un bien plus performant.
Investissement de capacité (d’expansion, de productivité)
Acquisition d’un supplément de biens pour augmenter les capacités productives
(achat de machines supplémentaires)
  • Le fonds de roulement

La règle de l’équilibre financier dit que les investissements constituent des emplois durables, ils doivent donc être financés par des ressources stables.

L’excédent des ressources stables est appelé fond de roulement net global.

Il s’agit des liquidités disponibles pour financer l’exploitation : le fonds de roulement doit être suffisant pour couvrir le besoin de fonds de roulement.

Relation FRNG, BFR et trésorerie

La trésorerie correspond aux liquidités dont dispose l’entreprise pour faire face à ses dépenses courantes. Elle représente l’argent immédiatement disponible.

La trésorerie peut se calculer par la différence de la trésorerie-actif et la trésorerie –passif

Trésorerie nette = FRNG – BFR

La trésorerie permet d’assurer l’ajustement entre le fonds de roulement et le besoin en fonds de roulement.

Trésorerie nette = Disponibilités – Dettes de trésoreries
                    = Trésorerie actif – Trésorerie passif

Trois situations se présentent :

Nomination  Signification  Comparaison  Formule
trésorerie excédentaire Excédent de ressources   Ressources > Emplois  FRNG > BFR
trésorerie nulle Trésorerie bien gérée, proche de 0 Ressources = Emplois  FRNG = BFR
trésorerie déficitaire Trésorerie négative : mauvaise situation Ressources < Emplois  FRNG < BFR

-Lorsque le FRNG est positif, il couvre en partie ou en totalité le BFR.

-Pour remédier à une situation de trésorerie négative, l’entrepreneur doit :

  • Augmenter le FRNG en augmentant les ressources fixes (augmentation de capital, emprunt supplémentaire),
  • Diminuer le BFR (diminuer les stocks, réduire la durée des créances clients, demander un prolongement de la dette fournisseur).

Les moyens de financement

  • La capacité d’auto financement

La capacité d’autofinancement correspond à l’ensemble des ressources financières générées par les opérations de gestion de l’entreprise, lui permettant de couvrir ses besoins financiers.

Elle mesure la capacité de l’entreprise à financer par ses propres ressources les besoins liés à son
existence, tels que les investissements ou les remboursements de dettes.

Avantages et limites.

Avantages Inconvénients
  • Moyen de financement gratuit (aucun frais financier)
  • préserve l’indépendance financière de l’entreprise
  • L’autofinancement est souvent insuffisant pour financer les investissements
  • L’AF n’est gratuit qu’en apparence car ses fonds propres pourraient être placés ailleurs et rapporter plus.
  • L’augmentation du capital

Pour renforcer leurs fonds propres, les entreprises peuvent faire appel à leurs associés actuels, ou à de nouveaux associés en augmentant leur capital.

Formes de l’augmentation de capital

L’augmentation du capital consiste à émettre de nouvelles actions (pour les sociétés de capitaux) ou de nouvelles parts sociales (pour les sociétés de personnes).

Elle peut prendre différentes formes :

Formes de l’augmentation du capital Caractéristiques
Augmentation du capital par apport en numéraire Emission de nouvelles actions en contrepartie de liquidités
Augmentation du capital par apport en nature Emission de nouvelles actions en contrepartie d’apport de biens (ex : immeuble, machines…)
Augmentation de capital par paiement de dividendes en actions Emission de nouvelles actions que les actionnaires acceptent à la place des dividendes.
  • Les dettes financières

Les emprunts indivis : sont constatés auprès d’un seul prêteur, banque ou établissement financier. Ils sont indivis car la dette n’est pas divisible.

On distingue :

Les emprunts à long terme : ont une durée de sept à quinze ans. Ils sont accordés pour financer un investissement important et sont accompagnés d’une prise de garantie (hypothèque, cautionnement…)

Les emprunts à moyen terme : ont une durée de deux à sept ans. Ils servent généralement au
financement du matériel. Leur durée est souvent aussi voisine que la durée de vie attendue du matériel.

Les emprunts obligataires : sont réservés aux sociétés de capitaux et aux collectivités publiques. Il s’agit d’un emprunt à long terme faisant appel à l’épargne publique par l’émission d’obligation.

Avantages et limites :

Avantages  Inconvénients
  • Les intérêts et remboursement sont connus dés le début.
  • Les intérêts sont déductibles fiscalement
  • Financement rapide et disponible pour l’emprunt indivis
  • pas de risque de répartition de pouvoir (contrairement à l’augmentation du capital)
  •  L’emprunt obligataire nécessite une taille importante de l’entreprise, son coût est élevé
  • L’emprunt indivis exige des garanties pour les PME : caution, hypothèque,
  • perte d’indépendance financière
  • charges financières importantes (procédure coûteuse),
  • Le crédit bail (leasing)

Le crédit bail est une opération dans laquelle une société spécialisée de crédit bail loue un bien à usage professionnel à une entreprise pour une période précise, avec une possibilité d’achat.

A la fin du contrat, l’entreprise a trois options : achat du bien, renouvellement du contrat, ou fin du contrat.

Avantages et limites :

Avantages  Inconvénients
  • n’est pas considéré comme un emprunt : préserve la capacité d’endettement de l’entreprise,
  • permet d’avoir des investissements toujours en pointe techniquement
  • les redevances des loyers sont déductibles fiscalement
 

  • Coût souvent plus élevé que l’emprunt
  • Impossible pour certains équipements spécifiques
  • Redevances périodiques peuvent être lourdes

Conclusion

La fonction financière nourrit un objectif : maximiser la valeur de l’entreprise pour ses actionnaires à long-terme. Il s’agit, en d’autres termes, de maximiser les profits sur un horizon temporel relativement long tout en limitant les risques encourus. la fonction financière s’intéresse donc aux décisions d’investissement, de financement de rémunération des apporteurs de capitaux.

c’est à la fonction financière que revient la responsabilité d’allouer à l’entreprise les fonds nécessaires à son développement, en préconisant par exemple le meilleur financement pour une opération, participant ainsi à la rationalisation de la prise de décision. La notion de risque est indissociable de l’arbitrage entre les différentes pistes de financement (autofinancement, emprunt). Elle établit par ailleurs des ratios financiers qui permettent à l’entreprise de faire un point sur ses capacités de financement et de mettre en place sa stratégie de développement. On s’intéresse ici à la rentabilité, mais aussi à la solvabilité et à la liquidité.

Toute décision impliquant un flux financier doit être prise après consultation de la direction financière, qu’il s’agisse d’un gestionnaire ou d’un décideur. C’est une fonction autant financière, budgétaire, stratégique que communicationnelle, ce qui implique d’avoir plusieurs cordes à son arc pour tirer son épingle du jeu.

Article précédentDescription de l’activité économique
Article suivantla notion du contrôleur de gestion

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici