L’ingénierie financière – cadre conceptuel

L’ingénierie financière est une discipline de la finance d’entreprise qui nécessite une grande maîtrise des opérations du haut de bilan. L’ingénieur financier assure le montage et la commercialisation d’opérations non standards (titrisation, capital risque, obligations indexées, etc.) au profit d’une clientèle d’entreprises ou d’investisseurs.

Alors, qu’entend-on réellement par ingénierie financière ?

pour répondre à cette question, nous proposons le plan suivant :

Définition de l’ingénierie financière

L’ingénierie financière peut être conçue comme l’ensemble des méthodes et techniques mises en œuvre pour viabiliser financièrement l’entreprise au-delà de ses mutations, en préservant la solidité de son bilan, la cohésion de son actionnariat et l’adéquation entre finance et capital.

C’est spécifiquement l’art et la manière de combiner et d’organiser différentes disciplines et domaines de compétences afin de répondre au mieux aux attentes des actionnaires ou associés, des investisseurs, des entreprises et de leurs dirigeants.

C’est donc avant tout une technique, une méthode d’appréhension des entreprises et de leur environnement créée au service de capital au sens large du terme.

Cependant, comme toute autre technique, la maîtrise de l’ingénierie financière. s’acquiert et se perfectionne par la pratique et l’expérience.

L’ingénierie financière est concept assez flou voire ambigu quant à ce qui recouvre réellement. Certains experts ne la considèrent pas comme une pure technique financière. C’est sur ce point de vue qu’on pose notre opinion dans le paragraphe suivant en posant la question suivante : est-ce que l’ingénierie financière emprunte à plusieurs champs ?

L’ingénierie financière : une approche multidisciplinaire

Oui, selon notre opinion et faute d’une théorie unifiée, l’ingénierie financière emprunte à plusieurs champs à savoir la finance, le droit, la fiscalité, le social, etc. donc elle mobilise différentes techniques et outils.

La finance

Prioritairement la finance, l’ingénierie financière étant par construction financière et s’inscrivant dans une logique de maximisation de la valeur. Elle donne des solutions innovantes aux problèmes du financement de l’entreprise ou d’un portefeuille d’actifs. Elle s’assimile à un processus de création d’une structure optimale dans un montage financier

Le droit

L’ingénierie est mise en place au travers d’actes générateurs de droit et opposables entre les parties. Ces actes sont le moyen d’engagement, le rouage de l’ingénierie financière. Celle-ci suppose la construction de montages juridiques et illustre les liens particuliers qu’unissent droit et finance

La fiscalité

La fiscalité est très concernée car la maximisation des sorties de trésorerie pour maximiser les cash-flows. D’autre part, les montages utilisent des structures pouvant générer un gain fiscal inenvisageable en dehors de l’opération

Le social

L’objectif ici n’est pas de créer de la valeur en utilisant les ressources humaines, mais d’inciter les équipes et notamment la direction (par une exposition personnelle aux risques et une rémunération sur la valeur créée à titre d’exemple) à la performance et à la maximisation de la valeur

En résume l’ingénierie financière est un concept multidisciplinaire semble néanmoins organiser autour d’un point d’équilibre que constitue la notion de montage ad hoc.

Quel est l’objet et la méthode de l’ingénierie financière ?

L’ingénierie, c’est aussi l’ensemble des activités intellectuelles qui permettent de concevoir un ouvrage d’une façon rationnelle et fonctionnelle en assurant la coordination des diverses disciplines qui concourent à sa réalisation. Donc, quel est l’objet et la méthode de l’ingénierie financière ?

L’objet de l’ingénierie financière

L’entreprise, née de la conjonction de volontés individuelles dans la réalisation de projet commun, ne peut survivre et se développer que si tout au long de son parcours elle réussit à arbitrer entre, d’une part, les intérêts diffus sinon divergents de chacun des intervenants du capital et, d’autre part, l’intérêt collectif qu’elle représente ; Or, il n’est pas rare de voir des entreprises disparaître suite à des mésententes au sein des organes de direction, entre associés minoritaires et majoritaires ou encore à cause de la prédominance dommageable de l’intérêt individuel au détriment de l’intérêt collectif.

L’objet essentiel de l’ingénierie financière est d’analyser ces divers intérêts et les forces en présence afin d’identifier une ou plusieurs problématiques qu’il tente de résoudre avec des instruments spécifiques à cette technique (instruments financiers, juridiques et fiscaux).

Méthode spécifique de l’ingénierie financière

L’ingénierie financière recourt à la méthode de la théorie de l’agence et s’appuie sur les autres disciplines.

En effet, d’une part la pratique d’ingénierie financière suppose une bonne compréhension des processus de décisions en matière de stratégie et de corporate governance. Cette dernière apporte un éclairage sur les conflits d’intérêt entre les parties prenantes et les relations de pouvoir entre actionnaires-managers et actionnaires-créanciers.

La théorie d’agence fournit, à cet effet, l’explication nécessaire aux mécanismes financiers des montages, parfois complexes, portant sur les opérations de haut du bilan

D’autre part L’ingénierie financière n’est pas une pure technique financière. Elle recourt à l’apport des disciplines comme le droit des affaires, le droit fiscal, la stratégie des entreprises, l’environnement économique et financier, l’évaluation des entreprises, l’analyse financière etc.

En conclusion, opposer la finance à l’entreprise est un faux débat. Car, il n’y a pas de bonne gestion sans bonne finance et dissocier les deux ne pourrait que conduire qu’à de sérieux problèmes à terme

le contexte d’apparition de cette discipline ne converge-t-il pas avec les contextes d’apparitions de ses différents outils ?

L’ingénierie financière est une discipline autonome qui fait appel champs disciplinaires ; à savoir : la stratégie des entreprises, l’évaluation des entreprises, l’analyse financière, l’économie, le droit des affaires, le droit fiscal, le droit social, etc.

Elle est appréhendée par son domaine et par sa finalité. Elle a des outils qui lui sont spécifique. Ces outils sont informationnels, opérationnels et de développement. Donc quelle est son contexte d’apparition ? Et est ’ce qu’il est coïncide avec l’apparition de ces outils ?

Contexte d’apparition de l’ingénierie financière

Dans un contexte économique et financier mutant, caractérisé par l’incertitude et l’intensification de la concurrence entre un nombre de plus en plus réduit d’entreprises modernes et performantes, ces dernières sont amenées à trouver des solution spécialisés et taillées sur mesure face à des prises de décisions de plus en plus difficiles et complexes.

Cela a conduit à émerger une nouvelle approche bancaire, davantage orientée vers le conseil et les services et vers un nouveau métier, celui de l’ingénierie financière qui s’intéresse également aux chefs d’entreprises avec les montages propres à la gestion de leurs patrimoines privés et professionnels, souvent fortement imbriqués.

Le contexte d’apparition des outils d’ingénierie financière

Les outils d’ingénierie financière regroupent des techniques différentes. Il convient de citer particulièrement les opérations de titrisation, les techniques de rehaussement de crédit et celles de subordination, qui sont souvent d’ailleurs complémentaires les unes des autres.

Ces techniques dites d’ingénierie financière se sont développés avec le développement du recours aux marchés financiers pour le financement des entreprises et de leurs opérations et aussi dans une optique de gestion de bilan.

Techniques financières et marchés financiers

Les techniques financières sont le fruit de l’innovation financière et se sont développées pour tenir compte de l’augmentation de la taille des financements, de l’internationalisation des capitaux, des aspects fiscaux et comptables et pour s’efforcer de résoudre les problèmes créés par les dérapages et les dérives d’une créativité qui a souvent échappé aux contrôles.

L’augmentation de la taille des financements a entrainé le développement des syndications, ceci dans le cadre d’une mondialisation des financements. La sophistication des techniques, pour tenir compte d’aspects comptables a conduit au développement de financements de projets, qui sont venus s’ajouter aux financements dits corporate.

Dans le financement de projet, le risque est transféré sur le projet, ce qui en affecte la traduction comptable.

Techniques financières et créativité comptable

Les techniques financières sont souvent intimement liées à des considérations comptables et/ou réglementaires. Les techniques d’ingénierie financière ont en effet souvent pour but d’éviter de faire peser des opérations financières sur le bilan de l’entreprise, ce sont les techniques de déconsolidation et de titrisation, soit d’améliorer le bilan en sortant un passif de ce bilan, ce sont les techniques de défaisance.

En conclusion, on peut dire que les outils d’ingénierie financière sont apparues ou bien développés après l’apparition de l’ingénierie financière et ce pour surpasser les lacunes de recoure aux solutions financières traditionnels inadapté aux changements du contexte

Article précédentStratégie délibérée et stratégie émergente
Article suivantLes montages de l’ingénierie financière

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici