La clôture et la réouverture des comptes

L’entreprise doit faire apparaître dans ses livres, en fin d’exercice, le bénéfice ou la perte qui résulte de son activité pour l’exercice qui s’achève.

Une fois le résultat déterminé, l’entreprise procède à la clôture de l’exercice achevé et à la réouverture du nouvel exercice pour respecter le principe d’indépendance des exercices.

L’ensemble de ces travaux comptables est effectué à l’aide des balances après inventaire et d’inventaire.

Lorsque toutes les opérations d’inventaire ont été enregistrées, il faut arrêter le journal et le grand-livre. Au début de l’exercice suivant, il faut procéder à leur réouverture.

La détermination du résultat

Les opérations de détermination du résultat, encore appelées écritures de regroupement, consistent à solder l’ensemble des comptes de gestion et à comptabiliser le résultat de l’exercice.

Le traitement comptable s’effectue en trois étapes :

  • Solder les comptes soustractifs des classes 6 et 7 afin de déterminer les achats nets et les ventes nettes
  • Solder les comptes de charges et de produits à l’aide de comptes internes
  • Comptabiliser le résultat de l’exercice par différence entre les comptes internes

Attention ! Les comptes de gestion redémarrent à zéro au début de chaque exercice comptable.

La clôture et la réouverture des comptes

Attention : Les comptes de gestion peuvent être soldés en une seule écriture ; dans ce cas, le résultat apparaît directement dans le compte 120 ou 129.

Le compte 120 ou 129 est porté au bilan et au compte de résultat dans le poste approprié.

Les opérations de clôture et de réouverture des exercices

Les opérations de clôture et de réouverture concernent uniquement les comptes de bilan qui ont une durée de vie indépendante de l’exercice, contrairement aux comptes de gestion.

La clôture de l’exercice

L’entreprise doit effectuer trois types de travaux.

La clôture des comptes de bilan

L’opération consiste, pour chacun d’eux, à totaliser le débit et le crédit puis à calculer leur solde.

La clôture du journal

Trois méthodes permettent de clôturer le journal :

  • le procédé simplifié ;
  • l’annulation des comptes de bilan (méthode préconisée par le PCG) ;
  • l’utilisation du compte 891 « Bilan de clôture ».

Exemple applicatif 1

Considérons la balance après inventaire d’une entreprise française, afin d’illustrer ces méthodes :

Balance au 31.12.N après inventaire

La clôture et la réouverture des comptes

Remarque

Une balance après inventaire ne comporte que des comptes de bilan (classes 1 à 5) ; les comptes de charges et de produits (classes 6 et 7) en sont absents car ils ont été soldés pour détermination du résultat, lors de l’inventaire.

La méthode du procédé simplifié

C’est évidemment la procédure la plus simple ; elle consiste à totaliser les colonnes débit et crédit du journal et à vérifier l’égalité de ces totaux avec ceux des soldes de la balance après inventaire. Cette méthode est parfaitement adaptée à la tenue d’une comptabilité manuelle ; elle tend donc à tomber aujourd’hui en désuétude.

Exemple applicatif 1 (suite)

Dans l’entreprise française, la clôture du journal se fera de la sorte :

La clôture et la réouverture des comptes

La méthode de l’annulation des comptes de bilan

Elle consiste à solder tous les comptes de la balance après inventaire : les comptes à solde créditeur sont alors débités ; les comptes à solde débiteur sont crédités.

Exemple applicatif 1 (suite)

Dans l’entreprise française, la mise en œuvre de cette méthode se traduira par l’écriture ci-après :

La clôture du journal

La méthode consistant à utiliser le compte 891 « Bilan de clôture »

Elle consiste à solder tous les comptes de la balance après inventaire par l’intermédiaire du compte 891 « Bilan de clôture ».

Exemple applicatif 1 (suite)

Dans l’entreprise française, la mise en œuvre de cette méthode se fera de la sorte :

La clôture du journal

Remarque

Quelle que soit la méthode, sa mise en œuvre peut être totalement prise en charge par l’informatique : un logiciel comptable peut en effet générer automatiquement, à la demande, les écritures ci-avant.

La clôture du grand-livre

La clôture du grand-livre dépend de la méthode utilisée pour la clôture du journal. Dans le cadre de la première méthode, la détermination du solde de chaque compte après la dernière écriture passée, équivaut à une clôture. Pour les autres méthodes, le report dans le grand-livre des écritures passées au journal, officialise la clôture.

La réouverture des comptes

L’entreprise doit effectuer quatre types de travaux.

La réouverture des comptes de bilan

L’opération consiste à inscrire dans chaque compte de bilan le solde dégagé à la clôture, du côté de sa nature.

La réouverture du journal

Trois méthodes permettent de rouvrir le journal :

  • le procédé simplifié ;
  • la reprise des comptes de bilan ;
  • l’utilisation du compte 890 « Bilan d’ouverture » (méthode préconisée par le PCG).

Quelle que soit la méthode choisie, elle doit aboutir au processus ci-après :

La réouverture du journal

Considérons toujours le cas de l’entreprise française pour illustration. Il est précisé que cette entreprise, au moment de l’inventaire, a passé les écritures ci-après :

Méthode de la reprise des totaux de la balance après inventaire

Cette méthode consiste à reprendre les totaux des soldes de la balance après inventaire de l’exercice précédent, puis à suivre la procédure décrite plus haut : contre-passation des écritures de régularisation des charges et produits courants et contre-passation des écritures d’ajustement des créances et dettes libellées en devises.

Exemple applicatif 1 (suite)

Dans l’entreprise française, la mise en œuvre de cette méthode se traduira par les écritures ci-après :

La réouverture des comptes

Remarque

La reprise des totaux des soldes de la balance après inventaire de l’exercice précédent, permettra d’établir, à la fin de l’exercice, la correspondance entre les totaux du journal et ceux de la balance après inventaire.

Méthode de la reprise des comptes de bilan

Cette méthode consiste à reprendre les comptes de la balance après inventaire de l’exercice précédent, puis à suivre la procédure décrite plus haut.

Remarque

Lorsque la comptabilité est tenue avec un logiciel comptable, la reprise des comptes de bilan peut être générée automatiquement dans le journal des opérations diverses ou dans un journal dédié à la réouverture des comptes et généralement appelé « Journal des à nouveaux ».

Exemple applicatif 1 (suite)

Dans l’entreprise française, la mise en œuvre de cette méthode se fera de la sorte :

La réouverture des comptes

Méthode consistant à utiliser le compte 890 « Bilan d’ouverture »

C’est la procédure préconisée par le PCG, elle consiste à reprendre les comptes de la balance après inventaire de l’exercice précédent par l’intermédiaire du compte 890 « Bilan d’ouverture »,

puis à suivre la procédure décrite plus haut. Un logiciel comptable, peut avec cette méthode également, générer automatiquement la reprise des comptes.

Exemple applicatif 1 (suite)

Dans l’entreprise française, la mise en œuvre de cette méthode se traduira par les écritures ci-dessous :

réouverture du journal

La réouverture du grand-livre

La réouverture des comptes du grand-livre consiste à porter, dans la colonne débit ou crédit de chaque compte, le solde déterminé à la clôture de l’exercice précédent.

Exemple applicatif 1 (suite)

Dans l’entreprise française, la réouverture du compte 512 000 « Banque » se présentera ainsi :

La réouverture du grand-livre

Les travaux de contrepassation de certaines écritures d’inventaire

Les opérations concernées sont :

  • les charges et les produits constatés d’avance qui doivent être transférés dans l’exercice qui les concerne ;
  • les charges à payer et les produits à recevoir qui sont annulés pour être enregistrés en opérations courantes lors de la comptabilisation du document comptable ;
  • les différences de conversion actif et passif qui sont annulées pour conserver en comptabilité la valeur d’entrée des créances et des dettes.
La clôture et la réouverture des comptes

Attention ! À l’issue de ces opérations, les comptes de régularisation, les comptes de dettes et créances à venir et les comptes transitoires sont soldés.

Article précédentLa gestion du risque de change
Article suivantGlossaire de concepts de politique économique

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici