Les risques projet

En mode projet, certaines fragilités potentielles et spécifiques à la démarche projet vont être mises en exergue, et elles seront à traiter de manière dédiée, dans le cadre d’une démarche indépendante particulière de type « risque projet ».

Qu’il s’agisse de projets informatiques, organisationnels, opérationnels, industriels ou de toute autre nature, l’appréhension des risques associés au projet sera à réaliser de manière dédiée. Les grandes étapes d’un projet, de quelque nature qu’il soit, peuvent être résumées de la manière suivante :

LES GRANDES ÉTAPES D’UN PROJET

  1. ÉTUDE
  2. INITIALISATION DU PROJET / LANCEMENT
  3. CONCEPTION
  4. RÉALISATION
  5. MISE EN ŒUVRE/DÉPLOIEMENT
  6. EXPLOITATION OPÉRATIONNELLE

Pour chacune des étapes du mode projet, les risques, multiples, vont se présenter et menacer la bonne exécution du projet considéré. Et ce, tout au long du processus projet.

Et, trop souvent, les risques s’accumulent, et remettent en cause soit le projet lui-même, soit l’intérêt initial de la démarche, compte tenu des surcoûts associés à une mauvaise maîtrise des risques du projet (coût d’opportunité, délais, ressources additionnelles, études complémentaires, inadéquation des ressources aux besoins…).

Sans entrer dans un détail trop marqué, il est toutefois à noter que figurent, parmi les principales dimensions « risques » à appréhender en mode projet, les points suivants :

Risques « RH » : fondamentalement, tout projet ne verra sa réussite concrétisée que grâce à la performance de l’équipe et des acteurs qui
le portent. Les enjeux spécifiques de gestion de la compétence requise pour la bonne exécution du projet et de maîtrise de la connaissance capitalisée au titre du projet sont critiques à maîtriser.

En outre, la dimension comportementale des acteurs impliqués au projet, et plus particulièrement la capacité de fédérer et conserver l’adhésion et la motivation des acteurs contributifs au projet sur toute sa durée constituent une source de risques non négligeables, à ne pas sous-estimer.

Risques « pilotage du mode projet » : tout projet initié doit être piloté avec efficacité. Les risques issus d’un mauvais pilotage de l’exécution du projet ou d’un dimensionnement inadapté des ressources nécessaires à sa bonne réalisation doivent être particulièrement étudiés. Notamment, les enjeux associés au pilotage des activités des tiers sous-traitants apparaîtront critiques.

Risques « gestion de la planification » : en mode projet, la maîtrise du planning projet est essentielle. De multiples risques sont susceptibles d’obérer le bel édifice, pour de multiples faits générateurs : projections prévisionnelles incohérentes, irréalistes, temps contraint marqué dans l’exécution de certaines phases du mode projet, sous-dimensionnement des charges (et des ressources financières, humaines et/ou matérielles à mobiliser) nécessaires à la bonne réalisation dudit projet, etc.

De multiples autres risques propres au projet considéré sont également à traiter. Par exemple, les enjeux liés à la budgétisation appropriée et à la disponibilité assurée des compétences à mobiliser dans le cadre du projet, la multiplication des sources de modification des cahiers des charges initiaux (aux enjeux parfois antinomiques), l’interdépendance des phases du projet entre elles (bloquant l’avancement), les rôles et responsabilités des acteurs (maîtrise d’œuvre, maîtrise d’ouvrage, assistance à maîtrise d’ouvrage, confusion des rôles…), la qualité des sous-traitants (exigence de résultat ou de moyens), des contractants (risque de défaillance pendant la vie du projet), sans oublier les risques techniques, organisationnels et/ou opérationnels associés au projet lui-même.

En mode projet, les risques sont à appréhender de manière dédiée, indépendamment des démarches existantes dans l’entreprise. Un projet, au-delà de sa pertinence, c’est avant tout un ensemble de risques particuliers à maîtriser.

Les risques d’un projet seront donc à traiter dans le cadre d’une démarche méthodologique normée, performante, dédiée et, si possible, pertinente. Il en va de la qualité de l’exécution, voire de la bonne fin du projet initié à l’origine.

Article précédent17 QCM corrigés sur le PIB (produit intérieur brut) [video]
Article suivantLes 8 nouveaux rôles des managers

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici