La mise en place de l’innovation ouverte

Ce deuxième article (le premier ici ) sera consacrée à la mise en place de l’innovation ouverte comme étant un modèle efficace qui répond aux attentes des entreprises faces aux défis environnementaux.

Pour ce faire, on va donc traiter dans un premier point les conditions qui doivent être remplies par les entreprises afin de réussir la mise en œuvre dudit modèle, puis on va traiter les modalités ainsi que les outils. Sans oublier d’évoquer la question de la gouvernance chez les entreprises innovantes.

Conditions de mise en place de l’innovation ouverte

La mise en place d’un nouveau modèle d’innovation ouverte par l’entreprise nécessite un certain nombre des conditions qui doivent être acceptée par l’entreprise afin de favoriser le sucée de ce modèle. Donc il faut donc tenir compte plusieurs éléments clés à savoir :

  • La culture de l’entreprise : en effet la culture de l’entreprise est une variable critique qui entrave n’importe les choix stratégiques de celle-ci. Pour cette raison avant même de penser de faire intégrer l’innovation ouverte il faut d’abord accepter ce changement. Charles Gagnon (directeur de la valorisation de la technologie, Hydro-Québec) cite à cet effet que «L’innovation ouverte est d’abord et avant tout un changement de culture ».

La démarche d’innovation ouverte n’est pas intégrée de base dans la vie de l’entreprise Il faut donc développer cette culture d’ouverture au sein de l’entreprise, cela implique tous les niveaux de l’entreprise et passe dans un premier temps par la suppression des rigidités qui peuvent paralyser l’entreprise dans sa démarche innovante.

Plusieurs valeurs sont mises en avant dans ce cas : L’autonomie, le droit à l’erreur, l’ouverture (à l’extérieur de l’entité, du département, de l’entreprise), la confiance et la collaboration. Il s’agit alors de travailler sur l’état d’esprit, les valeurs et le comportemental autant que sur la technologie.

Alors, une question s’impose : qui doit incarner la fonction d’innovation dans l’entreprise. Concrètement, l’innovation n’est pas souvent tirée par la DSI (direction des systèmes d’innovation), même si elle est mise à contribution.

L’innovation numérique par exemple pouvant être portée par tous dans l’entreprise, les budgets qui la concernent vont de moins en moins être maîtrisés par la DSI, notamment avec les offres Cloud et le développement du Shadow IT. Mais en pratique, il faut incarner l’animation, plus que la fonction innovation.

Le rôle de Chef Digital Officer, par exemple, va offrir la possibilité d’animer et de créer une culture de l’innovation numérique au sein de l’entreprise. Mais cette culture ayant vocation à se diluer dans la globalité de l’entreprise, cette fonction est potentiellement transitoire.

  • La structure organisationnelle : en deuxième lieu la contrainte de la structure s’impose , car le fait de penser à mettre en place une innovation ouverte n’exclue pas la capacité de l’entreprise à répondre à ce changement, de ce fait l’entreprise doit disposer d’une structure organisationnelle adaptée et des processus adéquats : c’est-à-dire une organisation spécifique qui comprendra un responsable bien identifié, des relais dans l’entreprise, des compétences orientées sur la gestion de processus, et des talents qui constitueront une équipe « commando » pluridisciplinaire.

Dans certaines entreprises, de conseil notamment, l’innovation peut venir de l’intégration de jeunes employés ayant déjà une culture numérique marquée. En effet, la jeune génération est déjà habituée au mode de collaboration par communauté et est particulièrement habile sur les outils sociaux.

L’ouverture implique forcément le travail avec des acteurs qui initialement ne faisaient pas nécessairement partie des partenaires privilégiés de l’entreprise. Il faut donc revoir les processus d’achats dans le domaine de l’innovation, en établissant de nouvelles règles qui facilitent l’accès de ces acteurs à l’entreprise. Le but est notamment de créer un processus adapté pour travailler avec les startups.

  • Le Marketing de l’Open Innovation : Il ne faut pas négliger le rôle du marketing, pour cette raison on le trouve dans ce troisième point. Donc comme tout changement important dans l’entreprise, l’adhésion de tous au projet est primordiale. Une démarche marketing autour de l’Open Innovation permettra donc de mieux la mettre en valeur. Parmi les bonnes pratiques identifiées dans ce contexte, nous pouvons noter:

– L’organisation de rencontres avec des startups,

– La mise en place de fiches de cas en entreprise,

– La mise en avant de succès stories pour convaincre,

– La mise en avant de retours d’expérience d’échecs,

Enfin, il est nécessaire de donner les moyens pour financer et accompagner l’innovation ouverte, notamment en définissant des règles d’investissement et en allouant du temps et du budget aux employés demandeurs.

Ce sont donc généralement les conditions favorisant l’émergence de l’innovation ouverte.

Les modalités de l’innovation ouverte

L’innovation ouverte est un modèle assez vague qui englobe un très grand nombre de modalités. À partir du moment où une entreprise ne contrôle pas l’ensemble du processus innovation, on comprend qu’il s’agit de l’innovation ouverte. Il est donc essentiel de mettre un peu d’ordre pour ce modèle par le classement de ses différentes modalités .

Pour ce faire deux méthodes sont données aux entreprises par William Chesbrough pour gérer le processus d’innovation dans le cadre de l’open source : l’outside-out and l’inside-out.

  • La méthode « inside-out » valorise les savoir-faire d’une entreprise à destination de son écosystème. Elle consiste pour les entreprises à ne pas hésiter à utiliser des connaissances provenant de l’extérieur dans leur processus d’innovation.

Les sources externes de connaissances peuvent être nombreuses : universités, clients, concurrents, fournisseurs, etc.

Cela passe par une monétisation de brevets pour la génération de nouvelles sources de revenus. Les bases de brevets ont en effet la particularité de suivre la loi de Pareto, autrement dit 20% des brevets déposés par l’entreprise génère 80% des revenus. L’inside-out consiste ainsi à utiliser une stratégie « offensive » à l’égard des droits de propriété intellectuelle afin de mieux gérer le portefeuille des entreprises.

  • L’approche « outside-in » touche quant à elle à l’intelligence économique de l’entreprise avec pour objectif l’optimisation des flux et des connaissances économiques. Elle consiste à utiliser des cheminements externes pour valoriser la technologie.

Les exemples d’inside-out sont plus rares que ceux d’outside-in , cependant on peut citer l’exemple de Chesbrough qui suggère de créer des plateformes de courtiers en innovation, qui consiste de trouver des solutions aux problèmes en travaillant sur des briques technologiques supports à des solutions des clés en main avec des réseaux d’écosystèmes partenaires, indépendants.

InnoCentive (Renault) est par exemple une plateforme pionnière qui s’organise comme un espace de courtage pour mettre en relation une communauté de solutionneurs.

Les modalités de l’innovation ouverte représentent l’ensemble des pratiques, actions et les formes qu’elle peut prendre. Le tableau ci-dessous permet à la fois de décortiquer ces différentes modalités ainsi de comparer entre celle qui sont anciennes et celle qui sont plus modernes.

la mise en place de l'innovation ouverte

Commentaire du tableau :

Les pratiques les plus anciennes de l’innovation ouverte (IO 1.0) consistent à développer des alliances plus ou moins formelles (co-conception, consortium de recherche, co-entreprise), à intégrer des clusters industriels, à racheter des entreprises ou des licences d’exploitation. Plus rarement, les entreprises créaient des start-up et acceptaient d’accorder des licences de brevet.

Aujourd’hui, les pratiques d’innovation ouverte (IO 2.0) permettent de mobiliser la foule pour intégrer des connaissances externes (crowdsourcing) ou, à l’inverse, d’utiliser des places de marché en ligne pour céder des technologies. Également, les entreprises peuvent mobiliser des communautés de savoir afin de résoudre les problèmes plus rapidement.

Les outils de l’open innovation

Puisque l’open innovation est un modèle du management d’innovation, cela stipule qu’il est basé sur des piliers, il s’agit donc des outils et des méthodes indispensables pour intégrer au quotidien de l’entreprise. Parmi ces outils on cite :

  • Les réseaux sociaux d’entreprise : apportent une approche pour favoriser la collaboration de l’entreprise avec son écosystème. Ils permettent :

– Le « on-boarding » (accueil) des nouveaux salariés

– Le développement de la culture d’entreprise

– L’horizontalité des échanges,

-L’ouverture vers l’écosystème ;

  • Des plateformes d’échange dans le Cloud (type PaaS) qui

– Favorisent le développement agile d’applications,

– Réduisent le Time to Market,

– Réduisent les coûts de production,

– Permettent la création d’une plateforme de marché.

  • Les écoutes et les engagements sur les réseaux sociaux qui permettent d’analyser l’image de l’entreprise par rapport à ses compétiteurs, de suivre l’engagement vis-à-vis de la relation client, la relation à l’usager, et d’offrir le multi canal pour le lien avec le client.
  • Les objets connectés qui apportent une nouvelle approche dans le fonctionnement entre l’entreprise et le client.

Le client va être partenaire du produit, avec une approche Crowdsourcing qui va apporter une vraie valeur au client et à l’entreprise, notamment par l’augmentation des volumes de données échangées.

  • La mobilité qui offre une extension de la capacité d’interaction, Une amélioration de la productivité, Une évolution de l’expérience client et l’entrée dans l’intimité client.
  • Des espaces de travail dédiés offrant collaboration, confrontation de l’intelligence collective, rupture des silos et proximité.

Enfin, il est à noter que l’innovation ouverte passe aussi par un investissement dans l’interopérabilité et la standardisation. Il est en effet impossible de faire dialoguer tous les acteurs impliqués si tous ne partagent pas un langage commun

La gouvernance et l’innovation ouverte

La gouvernance d’entreprise se définit comme l’ensemble des « mécanismes organisationnels qui ont pour effet de délimiter les pouvoirs et d’influencer les décisions des dirigeants, autrement dit, qui gouvernent leur conduite et définissent leur espace discrétionnaire » (Charreaux, 1996).

La définition standard de la gouvernance d’entreprise repose sur la défense des intérêts des actionnaires. Des économistes classiques d’Adam Smith (1776) à Berle et Means (1932) ont été préoccupés par la séparation de la propriété du contrôle qui est à la base de la relation d’agence entre un « Principal » et un « Agent » magistralement formalisée par Tirole (2001). Ainsi, alors que les actionnaires ont le « contrôle formel » sur de nombreuses décisions, les gestionnaires ont souvent le « véritable contrôle ».

La question qui mérite être posée à ce niveau c’est comment gouverner l’entreprise dans ce modèle innovation basé sur la collaboration et l’ouverture ? ET Quel est le rôle de l’ETAT à cet effet ?

Afin de répondre à la première partie de la question il faut s’intéresser au rôle de la direction générale à l’égard de l’open innovation. En effet il s’agit d’une problématique transverse impactant sur le modèle de l’entreprise, elle doit être portée et motivée au plus haut niveau dans l’entreprise qu’est la Direction Générale (DG).

Cependant instauré un esprit d’innovation ouverte à l’ensemble de l’entreprise n’est pas facile, et le directeur général doit avoir un certain nombre de qualités pour y parvenir :

– Il doit être ouvert à l’extérieur, ayant compris que l’innovation concernant son entreprise ne pourra plus être réalisée uniquement en interne ;

– Il doit accepter les dirigeants innovants autour de lui ;

– Il doit favoriser un état d’esprit collectif au sein de l’équipe dirigeante ;

– Il doit mettre en place des managers qui savent gérer le changement ;

– Il doit utiliser l’intelligence collective comme source d’aide à la décision ;

– Il doit cultiver l’esprit d’initiative dans l’entreprise. Cela peut passer par l’opportunité de créer des petites équipes avec des budgets sur des sujets innovants ;

-Il doit favoriser le développement personnel pour aider les esprits à s’ouvrir.

– IL doit être un « team player » et montrer l’exemple.

La deuxième partie de la question susmentionnée met l’accent dur le rôle de L’ ETAT.

De surcroît, L’ouverture des processus d’innovation offre l’occasion d’expérimenter de nouvelles approches originales et davantage participatives autour de grands problèmes sociaux, comme les laboratoires vivants qui permettent aux utilisateurs et aux citoyens d’y prendre une part active.

Le gouvernement est appelé à encourager ces approches d’innovation dynamiques en adaptant ses politiques publiques et ses moyens d’interventions.

Adapter les modalités de gouvernance dans l’ensemble des milieux (l’État, le milieu de la recherche, les entreprises, les organismes d’intermédiation, le monde de la culture scientifique, celui de la société civile, etc.) pour qu’elles soient plus participatives dans la détermination des orientations et des priorités de recherche.

Conclusion

Pour réussir la mise en place de l’innovation ouverte les entreprises sont appelées à instaurer une culture globale favorisant les comportements innovants, Une organisation souple qui puisse mener la démarche dans son ensemble ; Des moyens à mettre en place, Un marketing de la démarche et une bonne gouvernance. Cependant l’open innovation en tant comme démarche stratégique elle apporte sous ses ambres des freins qui peuvent ralentir sa mise en place.

Le principal frein identifié concerne la propriété intellectuelle. Si beaucoup d’entreprises restent très attachées à cet aspect de la protection de leur patrimoine immatériel, l’Open Innovation doit passer par un nécessaire partage de ces éléments.

Il s’agit donc pour l’entreprise d’oser ouvrir ses brevets et ses données à l’extérieur de ses murs afin que les startups et PME innovantes puissent en tirer de la valeur. L’entreprise comme son écosystème y trouveront ainsi leur compte par cette co-création de valeur.

Article précédentIntérêts composés : vue d’ensemble
Article suivantL’adhocratie et l’innovation

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici