QCM en gestion prévisionnelle des emplois et des compétences

Les QCM sur la Gestion des Ressources Humaines sont des questions à choix multiples où à chaque question posée, il vous est proposé différentes réponses parmi lesquelles il vous faut cocher une ou plusieurs réponse(s) juste(s), voire toutes les réponses. Ce sont donc des questions fermées auxquelles vous devez répondre rapidement avec un temps de réflexion limité vous permettant de vérifier vos connaissances. 

cet article concerne les QCM en gestion prévisionnelle des emplois et des compétences avec leurs corrigés.
  • QCM en gestion prévisionnelle des emplois et des compétences : 
1 – La notion de compétence désigne (plusieurs réponses possibles) :
a. les savoirs
b. les savoir-faire
c. les savoir être
d. le faire savoir
2 – L’obligation triennale de négocier sur la GPEC concerne (une seule réponse possible) :
a. les entreprises de plus de 150 salariés en France
b. les entreprises de plus de 300 salariés en France
c. les groupes de plus de 1 000 salariés en France
d. les groupes de plus de 1 000 salariés en Europe
e. les entreprises de plus de 150 salariés en France et de plus de 1 000 salariés en Europe
f. les entreprises de plus de 300 salariés en France et de plus de 1 000 salariés en Europe
3 – Parmi les thèmes suivants, lesquels doivent obligatoirement être abordés lors de la négociation sur la GPEC (plusieurs réponses possibles) ?
a. les mesures d’accompagnement du dispositif GPEC
b. le budget du comité d’entreprise
c. les conditions de la mobilité professionnelle ou géographique interne
d. les grandes orientations de la formation professionnelle
4 – Un dispositif de GPEC est (une seule réponse possible) :
a. un dispositif individuel
b. un dispositif collectif
c. ni l’un, ni l’autre
d. les deux
5 – Quels acteurs sont impliqués dans la mise en place d’une GPEC dans l’entreprise (plusieurs réponses possibles) ?
a. les salariés
b. la DRH
c. les IRP
d. la direction de l’entreprise
e. les responsables de site
f. les managers de proximité
g. les gestionnaires de carrière
h. les responsables formations
i. le ministre de l’Économie
j. le ministre de la Santé
  • Corrigé du QCM en gestion prévisionnelle des emplois et des compétences
1 – Bonnes réponses :  a, b et c

Les compétences correspondent à un ensemble de savoirs, savoir-faire et savoir être définis dans l’exercice d’un emploi ou d’un métier, dans une situation d’activité donnée. La compétence d’un salarié renvoie à sa capacité à mettre en œuvre, en situation de travail, un ensemble de connaissances, de savoir-faire techniques et relationnels, pour parvenir au résultat attendu.

2 – Bonne réponse :  e

La loi de cohésion sociale (dite « loi Borloo ») du 18 janvier 2005 a introduit une obligation triennale de négocier pour les entreprises et les groupes de 300 salariés et plus et les groupes de dimension communautaire (de plus de 1 000 salariés en Europe et 150 en France). Si un accord de groupe est signé, toutes les entreprises qui entrent dans le périmètre de l’accord sont exonérées de l’obligation triennale de négocier.

3 – Bonnes réponses :  a, c et d

La loi de sécurisation de l’emploi du 14 juin 2013 définit de nouvelles obligations en matière de GPEC (article L. 2242-15 du Code du travail). La négociation porte désormais sur :

1) la mise en place d’un dispositif de gestion prévisionnelle des emplois et des compétences, sur laquelle le comité d’entreprise est informé, ainsi que sur les mesures d’accompagnement susceptibles de lui être associées, en particulier en matière de formation, de validation des acquis de l’expérience, de bilan de compétences ainsi que d’accompagnement de la mobilité professionnelle et géographique des salariés ;

2) le cas échéant, les conditions de la mobilité professionnelle ou géographique interne à l’entreprise, qui doivent, en cas d’accord, faire l’objet d’un chapitre spécifique ;

3) les grandes orientations à trois ans de la formation professionnelle dans l’entreprise et les objectifs du plan de formation, en particulier les catégories de salariés et d’emplois auxquels ce dernier est consacré en priorité et les compétences et qualifications à acquérir pour les trois années de validité de l’accord ;

4) les perspectives de recours par l’employeur aux différents contrats de travail, au travail à temps partiel et aux stages, ainsi que les moyens mis en œuvre pour diminuer le recours aux emplois précaires dans l’entreprise au profit des contrats à durée indéterminée ;

5) les conditions dans lesquelles les entreprises sous-traitantes sont informées des orientations stratégiques de l’entreprise ayant un effet sur leurs métiers, l’emploi et les compétences.
4 – Bonne réponse :  d

La démarche GPEC comprend à la fois un volet individuel et un volet collectif :

– le volet collectif a pour objectif de repérer les écarts entre les compétences attendues et les compétences détenues à l’aide d’un « référentiel des métiers et des compétences », ce diagnostic devant permettre de construire un plan d’action en matière de formation et de mobilité ;

– le volet individuel a pour objectif de rendre chaque salarié acteur du développement de ses compétences et de son parcours professionnel dans un contexte compatible avec les besoins et les moyens de l’entreprise, en s’appuyant sur différents outils (bilans, entretiens d’évaluation…).

5 – Bonnes réponses : a à h

Tous les acteurs cités à l’exception du ministre de l’Économie et de celui de la Santé peuvent participer à la mise en place d’une GPEC dans l’entreprise. La direction de l’entreprise, la DRH et les IRP seront directement impliquées, mais les salariés aussi car ils sont directement concernés par les dispositifs mis en place. Au niveau local, les managers de proximité, les gestionnaires de carrière et les responsables formations peuvent jouer un rôle déterminant.

Article précédentLa méthode des coûts variables
Article suivantDémarche d’une mission d’audit financier contractuel (résumé de cours)

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici