Qu’est-ce qui fait un manager efficace ?

La gestion (ou management) a été définie comme l’art le plus ancien et la science la plus récente.

L’acte de management nécessite la participation de plus de deux personnes et, à ce titre, il diffère de l’activité purement économique. De plus, la théorie de la gestion semble ressembler à une « jungle » et à une « industrie » où des personnes de différents horizons apportent des concepts, des modèles et des techniques différents sur la meilleure façon de gérer et sur ce qu’est la gestion.

Les chercheurs affirment qu’une des raisons de cette perspective anarchique est le manque d’accumulation de connaissances théoriques. Il existe également une confusion significative dans la théorie de la gestion causée par les tentatives de générer des connaissances pratiques répétées par des modes, des engouements et des métaphores qui imitent l’abondance théorique.

Malgré les complications et la diversité de sa définition et de sa description, la gestion a généralement été reconnue comme un moyen de faire avancer les choses par le biais des autres.

Cependant, la définition du management n’a pas été stable au fil des années. Initialement, l’accent était mis sur l’impératif technologique plutôt que sur le facteur humain, en tant qu’extension de la perspective de la révolution industrielle qui considérait les êtres humains comme des parties d’une machinerie plus vaste. Aujourd’hui, l’accent s’est déplacé vers la gestion du facteur humain.

Les études basées sur la pratique de la gestion et des tâches de management montrent que l’essence de la gestion est similaire dans différents échelons et secteurs, et ce sont seulement les rôles et les domaines d’application qui changent.

Yukl fait référence à l’existence de modèles d’activité similaires pour les gestionnaires, c’est-à-dire que la façon dont les gestionnaires passent leur temps au cours d’une journée donnée est similaire dans la plupart des postes de direction, et la nature du travail de gestion se reflète généralement dans les points suivants :

  • Le rythme de travail est effréné et incessant.
  • Le contenu du travail est varié et fragmenté.
  • De nombreuses activités sont réactives.
  • Les interactions impliquent souvent des pairs et des personnes extérieures.
  • Les émotions et l’intuition sont généralement impliquées.
  • Les décisions importantes sont désordonnées et politiques.
  • Les décisions routinières sont différentes (toutes les décisions ne nécessitent pas de grands changements ou de conflits politiques prolongés).
  • La plupart de la planification est informelle et adaptative.

La gestion comprend un ensemble d’activités qui intègrent trois processus principaux, à savoir techniques, humains et conceptuels. Les compétences techniques se réfèrent à la spécialisation fonctionnelle du manager (ou gestionnaire) et à son expertise dans un domaine spécifique comme la comptabilité, l’ingénierie ou le marketing.

Elles sont particulièrement importantes aux niveaux de gestion inférieurs ou de première ligne. Les compétences humaines concernent les relations interpersonnelles et la réussite d’un gestionnaire en termes de planification, de direction, de coordination et de contrôle des activités des autres pour atteindre des résultats coordonnés.

Ces compétences sont importantes à tous les niveaux hiérarchiques. Les compétences conceptuelles définissent la capacité d’un manager à voir l’organisation dans son ensemble et à avoir une pensée abstraite. Les compétences conceptuelles sont particulièrement critiques pour les gestionnaires de haut niveau.

Selon Katz, il existe une hiérarchie des compétences nécessaires en fonction du niveau de gestion (voir Fig. 1).

Trois types de compétences managériales
Figure 1 Trois types de compétences managériales

Parmi les nombreuses définitions d’un manager, la recherche a identifié six groupes basés sur les rôles critiques mis en évidence dans chaque cas : la raison ou l’esprit, l’autorité, la coordination, la mobilisation des personnes et d’autres ressources pour une performance réussie, le contrôle des ressources et la tradition ou le maintien du statu quo.

Selon cette catégorisation, un gestionnaire est « quelqu’un qui utilise l’autorité et la raison pour résoudre efficacement et efficacement les problèmes et pour mobiliser, coordonner et contrôler les ressources organisationnelles en utilisant des procédures standardisées qui font partie de la politique organisationnelle ».

Zaleznik décrit les gestionnaires comme des personnes poussées à travailler par des nécessités plutôt que par des désirs et qui sont des résolveurs de conflits professionnels assurant le déroulement de la routine de travail quotidienne.

Les managers utilisent leurs connaissances en gestion, leurs compétences de gestion et leur expérience pour travailler avec d’autres personnes afin d’accomplir des travaux spécifiques et d’atteindre des objectifs spécifiques.

Les managers travaillent sous pression de diverses sources, allant de la concurrence des rivaux internationaux à l’émergence de la technologie, en passant par les réglementations dictées par les organismes de réglementation et les législations étatiques.

La figure 2 présente un diagramme des éléments environnementaux influençant les processus de gestion.

 éléments environnementaux influençant les processus de gestion
Figure 2 Éléments d’un environnement de gestion

Sous une pression constante de diverses sources, les managers effectuent différentes tâches et assument des responsabilités. La catégorisation tripartite des rôles/compétences managériales de Henry Mintzberg, comprenant les rôles interpersonnels, informatifs et décisionnels, est l’une des plus populaires parmi les chercheurs.

Mintzberg affirme que les tâches quotidiennes de tout gestionnaire relèvent de l’un ou plusieurs de ces rôles managériaux.

Rôles interpersonnels

  • Représentant
    Le manager est la tête symbolique de l’organisation et est donc chargé de responsabilités sociales, légales et cérémoniales, en plus d’accomplir des devoirs symboliques et d’être perçu comme une source d’inspiration. Ces tâches comprennent la signature de documents, la présidence de réunions spécifiques et d’événements cérémoniels, la participation à certaines rituels et la réception de visiteurs officiels.
  • Leader
    Le gestionnaire est responsable de faire fonctionner la sous-unité organisationnelle comme un ensemble intégré poursuivant son objectif principal, en fournissant un leadership pour le personnel, en subordonnant les équipes, le département ou même l’ensemble de l’organisation. En tant que leader, le gestionnaire doit motiver et diriger les subordonnés, ainsi que les former, les influencer et les conseiller.
  • Lien
    Le manager est censé communiquer avec des contacts à l’intérieur et à l’extérieur de l’organisation. Le rôle de liaison comprend des comportements visant à établir et à maintenir un réseau de relations qui sont essentielles en tant que source d’informations et de faveurs.

Rôles informatifs

  • Moniteur
    Le manager recherche des informations utiles et pertinentes pour l’organisation à partir de diverses sources telles que la lecture de documents et de rapports, la participation à des réunions et des briefings, et la surveillance de la productivité et du bien-être des équipes. Le gestionnaire analyse les informations collectées afin de découvrir les faiblesses et les opportunités et de développer une compréhension des événements externes et des processus internes.
  • Diffuseur
    Le gestionnaire a un accès privilégié à des informations précieuses et il est responsable de transmettre et de communiquer toutes les données et informations utiles recueillies/reçues auprès des personnes et des équipes au sein de l’organisation. Le gestionnaire représente l’organisation et est donc responsable de transmettre des informations pertinentes et d’exprimer des déclarations de valeur aux personnes en dehors de la sous-unité organisationnelle.
  • Porte-parole
    Les gestionnaires à chaque niveau hiérarchique sont censés servir d’agents de relations publiques auprès de certains supérieurs et personnes extérieures.

Rôles décisionnels

  • Entrepreneur
    Le gestionnaire est responsable de mettre en œuvre un changement contrôlé afin de tirer parti des opportunités d’amélioration de la situation actuelle. Ces changements peuvent prendre la forme d’une nouvelle idée, d’un nouveau produit, de nouveaux équipements ou d’une forme de réorganisation.
  • Gestionnaire de perturbations
    Le manager fait face aux crises causées par des événements imprévus et des conflits entre les subordonnés et prend des mesures correctives pour résoudre les problèmes.
  • Allocateur de ressources
    Le gestionnaire s’appuie sur le pouvoir de l’autorité pour allouer des ressources telles que des fonds, un budget, du personnel, des équipements et des installations.
  • Négociateur
    Le manager représente l’organisation au nom de son équipe, de son département ou de son organisation dans le cadre de négociations avec des syndicats, des fournisseurs, des clients, des consultants et d’autres organisations.
Article précédentle comportement du consommateur
Article suivantQu’est-ce qui fait un leader efficace ?

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici