Stratégie délibérée et stratégie émergente

Dans les articles précédents on essayer d’expliquer chacune des stratégies ( stratégie délibérée et stratégie émergente  ) à part. Mais est-ce que ça veut dire qu’elles sont exclusives ? Pour répondre à cette question, nous redéfinissons les deux stratégies en préambule.

Tout d’abord, la stratégie délibérée suit un processus rationnel qui débute à partir des objectifs stratégiques, pour se poursuivre avec l’énoncé des stratégies et se clore avec les différentes actions impliquées par la stratégie choisie. En présence d’une stratégie qui se forme de manière délibérée, la planification stratégique joue un rôle prépondérant.

Toutefois cela n’exclut pas la vision stratégique. Dans ce cas, la planification stratégique consistera à la formaliser.

Cette vision de stratégie présente des limites. En effet, la stratégie délibérée est parfois difficile à appliquer en entreprise, conçu comme une stratégie non réalisé et ce pour plusieurs raisons :

  • Le plan se révèle irréalisable; l’environnement a évolué entre-temps et les managers décident de ne pas appliquer la stratégie prévue;
  • Les dirigeants ne sont pas toujours assez proches des clients pour comprendre l’étendue de l’écart entre ce qui est annoncé et ce qui est effectivement réalisé
  • Cette stratégie est imposée, ce qui peut entrainer des résistances dans sa mise en place.
  • De plus, des actions non prévues peuvent venir s’ajouter au plan initial…etc.

Et donc pour ces raisons la formation de la stratégie peut également intervenir de façon émergente.

Comme on a évoqué Il n’y a pas dans ce cas d’intention délibérée au départ. C’est au cours de l’action, par un processus d’apprentissage, que l’on prend conscience de la stratégie suivie et des améliorations qui peuvent éventuellement lui être apportées.

La notion de stratégie émergente relie étroitement l’action à la formulation de la stratégie selon une alchimie trop complexe pour se prêter à une analyse d’ensemble. Par exemple, il est souvent difficile de prévoir les ruptures technologiques dans le cadre de la planification. C’est au cours de l’action et face à ces ruptures qui surviennent de manière imprévue qu’émergera une stratégie nouvelle. La mise au point de Mintzberg s’avère donc à la fois réaliste et judicieuse.

Cela ne dit pas que Les deux notions de stratégie émergente et de stratégie délibérée sont antinomiques, au contraire, elles sont mêmes complémentaires. En effet en matière de stratégie, le piège serait d’avoir une vision fermée c’est-à-dire qu’il n’y aurait pas (ou plus) de remise en cause. Or la stratégie est un domaine complexe qui nécessite à la fois d’avoir un cap, une vision pour l’entreprise et une capacité de s’adapter l’environnement dans lequel elle évolue.

Mintzberg affirme que la stratégie délibérée ne favorise pas l’apprentissage car en cas de «planification stratégique», les cadres supérieurs sont supposés « formuler » leurs stratégies afin que tout le monde puisse les «mettre en œuvre».

La haute direction pense, les autres le font. Donc la stratégie délibérée est sur le contrôle, alors que la stratégie émergente est à propos de L’apprentissage. Il suggère que n’importe qui, aussi bien les formateurs que les exécutants, peuvent s’insérer dans des stratégies – action par action, peut-être aussi décision par décision. En effet, les stratégies peuvent se former sans que les gens s’en rendent compte, bien qu’ils puissent reconnaître ces stratégies une fois qu’elles se sont formées.

Il est certainement difficile d’imaginer une organisation où la direction cherche à n’exercer aucun contrôle sur le processus stratégique. Mais devrait-il être moins difficile d’imaginer une organisation dont les gens n’apprennent rien en cours de route ? C’est pourquoi selon lui presque tous les processus de la vie réelle sensible combinent l’apprentissage émergent avec un contrôle délibéré.

Les stratégies purement émergentes peuvent être rares – elles n’impliquent aucun contrôle. Mais à peine moins rares sont les stratégies purement délibérées- elles n’impliquent aucun apprentissage.

Donc c’est la stratégie réalisée que l’entreprise mise en œuvre concrètement. Elle est l’aboutissement d’un mélange entre les deux stratégies. Plus l’environnement est instable et complexe, plus la partie « émergée » de la stratégie sera importante. Celle-ci est qu’elle peut être radicalement modifiée par une stratégie occurrente (opportuniste).

Le schéma suivant illustre comment la stratégie se réalise :

Stratégie délibérée et stratégie émergente (1)

Article précédentLa stratégie délibérée
Article suivantL’ingénierie financière – cadre conceptuel

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici