financements à court terme

0
16

II. financements à court terme : Les financements non bancaires

Parmi les financements non bancaires, on peut citer:

– le crédit inter-entreprises,
– l’affacturage,
– le financement par émission de titres de  créances négociables ou par émission d’obligations cautionnées.

1. financements non bancaires : Le crédit inter-entreprises

Le crédit inter-entreprises correspond aux délais de paiement que les entreprises s’accordent mutuellement.

c’est est une pratique commerciale courante entre entreprises et est souvent un élément de négociation entre fournisseurs et clients.

  • Avantage du crédit inter-entreprises

– un moyen simple d’obtenir des ressources de financement, surtout pour les entreprises qui ont difficilement accès au financement bancaire.

  •  Inconvénients du crédit inter-entreprises
– coût pour les entreprises qui accordent les délais de paiement,
– risque d’impayés

– risque de défaillance en chaîne pour les entreprises trop dépendantes de leur principaux clients.

2. financements non bancaires : L’affacturage

L’affacturage c’est une opération par laquelle une entreprise cède ses créances commerciales à court terme à  une société d’affacturage (ou factor) qui en assume dès lors la gestion et le recouvrement.

L’affacturage s’applique également aux créances étrangères.

Les sociétés d’affacturage sont des  établissements de crédit spécialisés, titulaires d’un agrément en tant que sociétés financières.

Ce sont généralement des filiales de grandes banques

a. Prestations fournies

Le factor rend trois types de services:

  • La gestion du poste clients Le factor assure toute la gestion jusqu’à  l’encaissement de la facture: suivi administratif, relance des clients, enregistrement des règlements …

Il engage les procédures précontentieuses et contentieuses si nécessaire.

  •  Le financement des créances cédées (en partie, voire en totalité) L’entreprise peut ainsi récupérer ses créances avant leur échéance, en fonction de ses besoins de trésorerie.

Pratiquement, un petit délai (exemple: 48 heures) est nécessaire pour disposer effectivement des sommes.

  • La garantie contre le risque d’impayés(assurance crédit) La société d’affacturage garantit les créances acceptées en cas d’insolvabilité du client.

Il est également possible de s’assurer contre ce  risque, en dehors du factor, auprès d’une société  spécialisée dans ce type d’assurance.

L’affacturage peut présenter un intérêt financier pour les petites entreprises qui n’ont pas l’organisation nécessaire pour assurer le suivi des créances.

b. Précisions

  • L’entreprise (ou cédant) conclut un contrat qui précise les prestations fournies par la société d’affacturage ainsi que le détail des commissions dues.
  • Dans le cas où des cessions de créances sont prévues, la société d’affacturage fixe un plafond de financement en fonction de la qualité des clients de l’entreprise qui doivent individuellement faire l’objet d’un agrément. Pour cela, elle étudie périodiquement la solvabilité des différents clients,
  • En cas de cession, les créances font l’objet d’un achat ferme par le factor qui en assume le risque jusqu’au règlement.

c. Intérêt

Le recours à cette pratique comporte un certain nombre d’avantages:

-l’entreprise est déchargée de la gestion des créances, des opérations de relance et de contentieux qui nécessitent du personnel.

  • Elle peut donc réduire ses coûts internes et simplifier sa comptabilité (elle utilise. le compte unique « Factor, compte courant », à la place des comptes clients habituels) ;

– l’entreprise bénéficie de la compétence du factor qui dispose d’un personnel spécialisé et expérimenté;

– les créances acceptées sont garanties en totalité, alors qu’elles ne le sont que partiellement en cas de recours à une assurance crédit.

d Coût de l’affacturage

Le coût de l’affacturage comprend deux éléments:

  • La commission d’affacturage
Elle rémunère les services de gestion et de garantie du factor.

Le taux varie en fonction de plusieurs facteurs: importance des risques, dispersion géographique des clients ..

  • La commission financière (ou de financement)

Elle rémunère l’avance de trésorerie obtenue grâce à la cession des créances.

Le taux de cette commission est comparable à celle d’un crédit bancaire à court terme

3. financements non bancaires : Les titres de créances négociables

Les titres de créances négociables (TCN) sont des titres émis au gré de l’émetteur, négociables sur un marché réglementé et qui représentent chacun un droit de créance pour une durée Déterminée.

4. financements non bancaires : Les obligations cautionnées

Dans certains cas, l’administration fiscale admet que le paiement de certains impôts (TVA, par exemple) soit différé avec, toutefois, pour condition que ce différé de paiement soit cautionné par une banque.

Dans le cas où l’entreprise serait défaillante, le Trésor public  peut se retourner contre la banque.

Ce différé est un crédit matérialisé par un billet ordre, au profit du Trésor public, et assorti d’un taux d’intérêt assez élevé, fixé par l’Etat Financement coûteux, il est actuellement peu utilisé par les entreprises.

Cas des Crédit documentaire

Se conçoit comme un moyen qui offre des garanties  suffisantes à toutes les parties appelées à intervenir dans une transaction internationale

L’importateur demande à sa banque de procéder à l’ouverture d’un crédit documentaire auprès de l’exportateur.

Ce dernier sera réglé dès l’expédition des marchandises et contre remise des documents qui attestent que les marchandises ont été expédiées

  •  Acteurs 
Gestion de trésorerie : financements à court terme

 

Les obligations cautionnées

 

  • Avantages des obligations cautionnées
– Garantie Bancaire
– Double sécurité si Confirmé

– Paiement rapide si documents conformes (8 jours)

  • Inconvénients des obligations cautionnées
– Coût Elevé (jusqu’à 8% de la valeur de la Marchandise )
– Documentation lourde

– Risque de non Conformité

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici