Les Origines du Billet de Banque

L’histoire de la monnaie est une saga fascinante qui a évolué au fil des siècles pour répondre aux besoins changeants des sociétés humaines.

Parmi les différentes formes monétaires, l’or a joué un rôle central avant de céder la place aux billets de banque.

Dans cet article, nous explorons les origines du billet de banque, en examinant les prémisses de la monnaie de crédit et l’expérience de Palmstruch en Suède, où le premier billet de banque moderne a été émis en 1661.

Cette innovation financière a bouleversé le système monétaire et ouvert la voie à l’essor des billets de banque tels que nous les connaissons aujourd’hui.

Les Prémices de la Monnaie de Crédit

Si l’on se penche sur l’histoire des formes monétaires, il est évident que l’ère de l’or a précédé celle du billet de banque. Cependant, des formes « primitives » de monnaie de crédit, sans preuve d’ancrage métallique, ont été identifiées très tôt dans l’histoire.

Un exemple en est la Mésopotamie vers 1800 avant J.-C., où des tablettes d’argile portant l’inscription « remboursable au porteur » ont été découvertes.

En Chine, sous la dynastie Tang (618-907), des formes archaïques de billets de banque ont également été utilisées. Les marchands déposaient leurs encaisses métalliques sous forme de pièces de cuivre ou de bronze percées d’un trou carré, appelées « sapèques », auprès d’une corporation.

En échange, ils recevaient des billets au porteur, des « quàn », représentant les sapèques alignées sur des cordes. Cette pratique privée a été adoptée par les autorités, qui ont encouragé les commerçants à déposer leurs sapèques dans une administration régionale spécifique pour recevoir des « billets de contrepartie » (Fey-Thsian, la « monnaie volante » en chinois).

Les villes marchandes d’Europe, telles que Gênes, Venise et Amsterdam, ont également développé des formes de monnaie de crédit dès le XIIIe siècle. Les Génois, par exemple, utilisaient des techniques d’escompte d’effet de commerce en même temps qu’ils ont inventé la finance moderne et la comptabilité en partie double, comme l’a démontré Fernand Braudel.

L’Expérience de Palmstruch

C’est entre le XVIIe et le XVIIIe siècle que le bouleversement institutionnel le plus significatif s’est produit avec l’apparition du billet de banque moderne. La Suède a été le théâtre de cette révolution monétaire.

Au milieu des années 1650, le royaume de Suède était confronté à une dette publique considérable, principalement en raison des dépenses militaires élevées causées par des guerres répétées, ce qui a affaibli l’économie suédoise et conduit à la dépréciation de sa monnaie.

À l’époque, le régime monétaire suédois reposait sur une monnaie métallique, dont l’unité principale était le Kopparplätmynt, une imposante plaque de cuivre de 20 kg. Cependant, cette monnaie rencontrait des problèmes techniques et une crise de confiance.

En 1656, Johan Palmstruch, un marchand hollandais, a été chargé par le pouvoir royal de créer une banque pour restaurer la confiance dans la monnaie suédoise. En 1657, il fonde la Stockholm Banco, initialement une banque privée bénéficiant d’un soutien officiel de l’État. Initialement, la banque proposait aux clients des certificats de dépôt en échange du stockage des Kopparplätmynt.

Cependant, en 1660, le prix du cuivre a chuté sur le marché des métaux, incitant les propriétaires des certificats de dépôt à retirer leurs encaisses anticipant une poursuite de la baisse du prix du cuivre. Palmstruch a craint de manquer d’actifs métalliques et a demandé à l’État l’autorisation d’émettre des « billets de crédit » (kreditsveldar).

Ces billets n’étaient pas entièrement couverts par les encaisses métalliques, mais bénéficiaient d’un cours légal pour maintenir la confiance dans le système jusqu’à ce que la crise du cuivre se termine.

L’État a validé cette demande en 1661, accordant un cours légal aux billets de la banque de Palmstruch. Cependant, il a été précisé que leur émission auprès de clients sans dépôt métallique minimal était interdite.

Pour la première fois dans l’histoire, des billets, appelés « Palmstruchers », ont été imprimés par une banque, mentionnant un montant monétaire fixe, sans référence à un dépôt, un déposant ou un intérêt.

Malheureusement, le relâchement de la contrainte métallique n’a pas été compensé par une contrainte institutionnelle suffisamment robuste. L’émission de Palmstruchers s’est révélée très abondante et échappa au contrôle des autorités politiques.

La Stockholm Banco fut finalement conduite à la faillite en 1668 en raison d’une gestion déraisonnable par Palmstruch de la monnaie de crédit. La même année, la Banque centrale de Suède – la Riksbank, première Banque centrale du monde – fut fondée dans le but d’assainir la situation monétaire du pays.

Conclusion

En conclusion, l’histoire des origines du billet de banque est marquée par des expériences monétaires pionnières et des bouleversements institutionnels. Les prémices de la monnaie de crédit ont été identifiées dans des civilisations anciennes, mais c’est en Suède au XVIIe siècle que le premier billet de

Article précédentLa Monnaie Métallique : Une Monnaie Fiduciaire ?
Article suivantLes Crédits Font les Dépôts

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici