Questionnaire de Contrôle Interne

le Questionnaire de Contrôle Interne est un document qui va indiquer le détail de ce qu’il convient de faire pour explorer les différentes zones à risques identifiée lors de la phase préparatoire. c’est un outil d’investigation d’auditeur.

I. Définition du questionnaire de contrôle interne

    C’est la liste de questions qui précède l’interview, on l’appelle également questionnaire de contrôle interne. Ces questions sont groupées en catégories. C’est une façon de préparer l’interview et de réduire le temps passé avec l’interviewé.

    Cette méthode permet également à celui qui va être interrogé de disposer d’un temps de réflexion dont on peut penser qu’il va contribuer à améliorer la qualité des réponses.

    En outre, pour l’élaboration d’un questionnaire de contrôle interne de qualité, il faut avoir une connaissance du domaine en question et savoir quelle est la capacité des répondants de fournir les renseignements requis. Il faut également que le vérificateur ait une connaissance suffisante des répondants pour formuler les questions de telle sorte qu’elles soient comprises.

    La quantité de connaissances préalables est plus élevée dans la mesure où l’on a recours à des questions fermées (oui-non, cocher un choix ou indiquer un degré sur une échelle)  comparativement à des questions ouvertes (remplir l’espace, rédiger une réponse brève ou répondre en un paragraphe).

    Notons que seule l’interview est véritablement en mesure d’apporter les réponses aux questions que se pose l’auditeur.

On rencontre parfois la pratique qui consiste à envoyer des listes des questions écrites sans les faire suivre d’une interview. Cette pratique est déconseillée en audit interne et ce pour cinq raison :

  • Elle incite celui qui est interrogé à répondre dans un sens qui lui est favorable.
  • Elle donne à l’auditeur une idée, non objective, de la situation ; et dont il aura du mal à se défaire.
  • Elle fournit des réponses qui sont sans valeur tant qu’elles n’ont pu être validées.
  • Elle n’est pas utilisable dès que l’on aborde des questions un tant soit peu complexes.

II. Contexte d’application du questionnaire de contrôle interne

    Comme il est difficile d’obtenir ou de donner des éclaircissements et des renseignements supplémentaires, il est essentiel de procéder avec soin à l’élaboration du questionnaire de sorte que les questions produisent tous les renseignements nécessaires et qu’elles soient claires et non équivoques. Il est essentiel, en particulier, que le vérificateur examine attentivement les objectifs de la vérification pour savoir exactement quels renseignements sont nécessaires et peuvent être raisonnablement obtenus par la voie d’un questionnaire.

    Pour bien utiliser les questions fermées, il faut aussi que la fourchette des réponses possibles soit prévue correctement. Si les répondants n’ont pas la connaissance nécessaire et si la terminologie n’est pas clairement comprise ou définie, il y a un risque plus élevé de réponses inexactes.

   En revanche, il est plus facile de mesurer et d’analyser des questions fermées que des questions ouvertes. Il est techniquement très difficile et fastidieux de démêler un grand nombre de réponses à des questions ouvertes dans lesquelles les répondants auront utilisé une terminologie très différente, sans compter l’illisibilité de certaines réponses. Dans de nombreux questionnaires, on cherche à trouver un équilibre entre les deux types de questions.

III. Avantages et inconvénients du Questionnaire de Contrôle Interne

  • Avantages du questionnaire de contrôle interne

   Le grand avantage du questionnaire par rapport à l’interview, c’est qu’il permet la collecte de données auprès d’un grand nombre d’individus, à un coût relativement peu élevé. Il faut moins de personnel et, parfois, moins de déplacements. Les économies sont plus élevées lorsqu’il faut un grand échantillon.

   Un autre avantage du questionnaire par rapport à l’interview : il contribue à la fiabilité en favorisant une meilleure uniformité. Il n’y a pas de variantes dans l’interrogation, ce qui peut se produire lorsqu’on a recours à divers intervieweurs. Le questionnaire atténue également le biais puisqu’il n’y a pas de possibilité pour l’intervieweur d’influer sur les réponses de façon intentionnelle ou non.

  • Inconvénients du questionnaire de contrôle interne

   Contrairement à l’interview, le questionnaire ne permet pas au vérificateur de clarifier certaines questions, de s’assurer qu’il comprend bien les réponses, de demander des éclaircissements ou des explications sur des réponses, ou encore de s’assurer que le répondant répond à toutes les questions du formulaire.

Il peut être impossible de communiquer de nouveau avec le répondant si tous les renseignements nécessaires pour étayer une conclusion n’ont pas été demandés ou fournis, ou s’il devient manifeste que les questions n’étaient pas claires. Il n’est pas possible non plus, dans la plupart des cas, de demander une corroboration des réponses.

Il n’est pas possible, en général, d’obtenir des renseignements aussi en profondeur à partir d’un questionnaire qu’à partir d’une interview. En outre, les personnes qui répondent aux questionnaires doivent avoir les compétences nécessaires en lecture et en écriture.

Article précédentLe processus de management stratégique
Article suivantLe seuil de signification en audit

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici