Capital immatériel – définition, composants et compétitivité

Avec l’évolution de l’environnement et le passage d’une économie traditionnelle à une nouvelle économie basée sur le savoir, où l’enjeu crucial de réussite économique des entreprises se fonde largement sur l’innovation, la compétence des hommes et l’intelligence.

La performance de l’entreprise devient de plus en plus basée sur des éléments immatériels (recherche et développement, formation, publicité, méthode d’organisation…) qui représentent actuellement le nouveau capital de l’entreprise.

Le concept du capital immatériel de l’entreprise cherche à identifier les richesses cachées de l’entreprise, soit tout ce qui lui permet de créer de la valeur.

C’est en 1992, chez l’assureur suédois SKANDIA, que Leif EDVINSSON a défini le terme de capital immatériel dans le cadre de ses recherches sur l’évolution des méthodes de gestion du groupe. Cinq ans plus tard, en collaboration avec Michael MALONE, il publiera le résultat de ses travaux dans un ouvrage fondateur « Le capital immatériel de l’entreprise ».

Les valeurs immatérielles occupent une place primordiale dans l’entreprise. C’est un potentiel qu’il faut bien gérer afin de garantir sa performance.

A travers cet article, on va essayer de répondre aux questions suivantes : « Qu’est ce qu’on entend par capital immatériel ? Quelles sont ses composantes ? Comment contribue t-il à la compétitivité de l’organisation ?».

Notion du capital immatériel et ses composants

Définition du capital immatériel

Il n’existe pas de définition du capital immatériel qui fassent l’unanimité parmi les experts et les financiers. Certains parlent du capital immatériel, alors que d’autres préfèrent employer le terme « capital intellectuel » ou « capital intangible ».

Le nombre important de définitions pour désigner ce terme traduit la diversité des acteurs (les investisseurs, les organismes comptables, les universitaires, et les consultants), ainsi que leur intérêt particulier pour le traitement de la question.

Avant de définir sous un angle pratique le capital immatériel, il est préférable de pouvoir différencier les actifs immatériels de leurs cousins incorporels qui ont une filiation plus comptable et employés souvent comme leurs synonymes.

  • Les actifs incorporels : se sont des actifs intangibles comptabilisables car identifiables par le prix d’acquisition (appelés immobilisations incorporelles constituées aussi par convention comptable du goodwill).
  • Les actifs immatériels : (le capital immatériel) ne sont pas toujours comptabilisables. Le capital immatériel contient l’ensemble des éléments intangibles que ça soit comptabilisables ou non.

A partir de ce qui est traité ci-dessus ; on peut dire que « Le capital immatériel est la détention d’un savoir, d’une expérience concrète, d’une technologie d’organisation, de relations avec les clients et de compétences professionnelles qui confèrent à un avantage compétitif sur le marché. » Edvinson et Malone(1999).

Donc, le capital immatériel représente l’ensemble des actifs immatériels de l’entreprise : des actifs identifiables séparément et qui participent à la rentabilité présente et future de l’entreprise, mais dont la valeur n’apparaît pas dans son bilan.

composants du capital immatériel

Conformément aux recommandations européennes (RICARDIS & MERITUM), le Capital Immatériel se présente sous la forme de trois catégories d’actifs à savoir :

  • Le Capital Humain, «l’Homme dans l’entreprise» : expérience, formation, capacité de direction, relations interpersonnelles, motivation, etc. Un personnel motivé, fidèle, compétent et soudé permettra à l’entreprise de mieux se développer.
  • Le Capital Structurel, «Tout ce qui reste dans l’entreprise à la fin de la journée» : la culture d’entreprise, la communication interne, l’organisation, l’innovation, etc.

Le capital structurel est composé de 5 actifs :

  • Le capital organisationnel (l’organisation et la structuration de l’entreprise, la maîtrise des responsabilités et des rôles de chaque service/entité, processus formalisés et communiqués, circuits de l’information identifiés et fluides)
  • Le système d’information (il constitue la mémoire de l’entreprise)
  • Le capital savoir (secrets de fabrication, brevets, programmes de R&D, politique d’innovation, publications, systèmes de knowledge management)
  • Le capital écologique et sociétal (environnement naturel, social et sociétal)
  • Le Capital Relationnel, «Tout ce qui relie l’entreprise à son environnement» : les relations avec les actionnaires, les partenaires, les clients, les fournisseurs, la société, etc. Le capital relationnel est composé de 4 actifs :
    • Les clients (satisfaction, fidélisation, solvabilité, nombre, proportion des plus importants dans le chiffre d’affaires, …)
    • Les partenaires (fournisseurs motivés, compétents, qualité de la relation créée, il en va de même pour les banquiers, les assureurs, les avocats, …)
    • Les marques (capital de notoriété)
    • Les actionnaires (patience, fidélité, écoute, vision moyen / long terme)

Capital immatériel et compétitivité de l’organisation

Le capital immatériel est important pour l’organisation, car il procure la possibilité de créer de nouveaux produits et services, des nouveaux processus, et nouvelles formes d’organisation…donc des cash-flows futurs de l’entreprise.

Le capital immatériel procure à l’entreprise de la valeur sous deux formes : une valeur économique et financière et une position stratégique qui est plus qualitative. il accroit le capital confiance de l’entreprise, et donc lui assure un autofinancement permanent. Ceci renforce sa position au sein d’un marché, de telle manière qu’elle dépasse ses concurrents.

Avec un capital immatériel élevé, l’entreprise rapporte plus de bénéfice et crée plus de valeurs. En effet, celui-ci lui garantit un avantage concurrentiel, et donc une forte compétitivité des entreprises et donc une croissance de l’activité économique.

Dans le ICM Gathering du 1999, les compagnies membres ont donné une liste de valeurs procurées à travers le capital immatériel à leurs firmes, nous citons : revenus des produits et services, réputation et image de marque, accès au technologie des autres, réduction des couts, barrières à l’entrée pour les concurrents potentiels, loyauté des consommateurs, et protection de l’innovation.

Donc le capital immatériel joue une place centrale dans l’économie en permettant aux entreprises de renforcer leur positions stratégiques et d’accroitre la compétitivité du pays via les autres pays et donc d’aider le pays à surmonter les difficultés du libre échange et de soutenir la croissance économique.

Conclusion

Le capital immatériel ou patrimoine immatériel est un élément non monétaire et sans substance physique, constitué par les informations et connaissances détenues, et ayant une valeur positive, pour une organisation.

Il intègre ainsi le concept de capital-savoir en gestion des connaissances et il est reconnu aujourd’hui comme le levier de création de valeur majeur dans toutes les entreprises.
Cette recherche confirme que l’immatériel constitue bien la première richesse de l’entreprise.

Cette richesse gazeuse suscite l’appétit des analystes, financiers et directeurs d’aujourd’hui même si elle ne fait pas l’objet d’un accord unanime. Cette notion naissante en Suède, renforce la position des entreprises au sein du marché, chose qui permet à l’entreprise d’acquérir un avantage concurrentiel qui constitue un facteur clés de compétitivité.

Article précédentLes 3 opérations économiques
Article suivantDémarche générale du diagnostic financier

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici