l’inventaire permanent des stocks – cours et exercice corrigé

On appelle inventaire permanent l’organisation des comptes de stock qui, par l’enregistrement  des mouvements des stocks, permet de connaître de façon constante, en cours d’exercice, les  existants chiffrés en quantité et en valeur. 

Les principes de l’inventaire permanent sont valables pour tous les éléments stockés dans  l’entreprise ; matières premières, produits intermédiaires, produits finis…. 

La comptabilité analytique se doit de calculer les coûts selon une périodicité rapprochée (souvent le mois), elle ne peut pas se contenter de connaître les stocks et donc les consommations une fois  dans l’année comme le fait la comptabilité générale à l’aide de l’inventaire « intermittent », « physique ».

Elle met donc en place une organisation comptable qui enregistre les mouvements de stocks (entrée, sortie) en quantité et en valeur et permet ainsi de déterminer à tout moment le stock final théorique. 

Le suivi des mouvements de stocks est réalisé sur des comptes de stocks (compte d’inventaire  permanent) qui ont la structure suivante : 

Le coût d’entrée varie en fonction des éléments stockés : 

  • Pour les matières et fournitures ; il s’agit du coût d’achat 
  • Pour les produits intermédiaires et les produits finis : il s’agit du coût de production 

Le coût de sortie dépend de la méthode d’évaluation utilisée par l’entreprise. 

Un compte de stock doit obligatoirement être équilibré ce qui permet d’écrire 

SI + entrées (E) = SF + sorties (S) 

S= SI + E – SF 

S= E+ (SI – SF) 

S= E + variation de stock 

Principales méthodes d’évaluation des sorties des stocks

on va étudier principalement les méthodes du coût moyen pondéré et les méthodes d’épuisement des lots.

la méthode du coût moyen pondéré

Dans ce cas deux procédés sont possibles :

  • coût moyen unitaire pondéré (CMUP) calculé en fin de période avec cumul du stock  initial ; 
  • coût moyen unitaire pondéré (CMUP) calculé après chaque entrée. 

Exemple le stock initial et les mouvements concernant la marchandise M sont les suivants :

1er janvierSIlot N° 65 5000 kg à 10 € le kg
3 janviersortie2500 kg
12 janvierentréelot N° 666000 kg à 12 € le kg
28 janviersortie3000 kg

CMUP en fin de période avec cumul du stock initial

Il est obtenu par la formule suivante :   

CMUP = Stock initial + cumul des entrées (en valeurs) / Stock initial + cumul des entrées (en quantités) 

CMUP en fin de période avec cumul du stock initial

CMUP= (5000*10)+(6000*12) / ( 5000+6000 ) = 122.000 / 11.000 = 11,09  

CMUP après chaque entrée : 

CMUP après chaque entrée

CMUP : 97000/5800= 11,41

La méthode d’épuisement des lots

Il s’agit de deux méthodes : 

Exemple : prenons l’exemple précédent :

FIFO ou PEPS : premier entré premier sorti

FIFO ou PEPS : premier entré premier sorti

LIFO ou DEPS : dernier entrée premier sorti

LIFO ou DEPS : dernier entrée premier sorti

Précisions : 

  • Chaque méthode abouti à une valeur des sorties et du SF différents, donc à un coût de revient différent et à des résultats analytiques différents ; 
  • Seules les méthodes de la moyenne pondérée et FIFO qu’ont autorisées par la loi comptable ; 
  • L’entreprise doit respecter le principe comptable fondamental de la permanence des méthodes. 

 Les différences d’inventaire

La pratique de l’inventaire permanent permet à tout moment de connaître l’existent théorique en  stock, la loi comptable impose au minimum un inventaire physique des existants réels à la fin de l’exercice (inventaire intermittent)   Or les existants réels peuvent ne pas correspondre exactement aux existants théoriques résultants  de l’inventaire permanent pour de nombreuses raisons : 

  • A l’entrée des éléments stockés : livraison effectuée par le fournisseur avec une tolérance de  quantité admise par l’usage commercial, Perte partielle au cours du transport. 
  • pendant le stockage : évaporation, casse, vol… 
  • à la sortie des éléments stockés : mesurage, pesage approximatifs. 

On détermine les existants grâce à des inventaires extra-comptables périodiques, ces inventaires  peuvent porter sur une fraction du stock tous les mois ou tous les trimestres, c’est ce qu’o appelle les inventaires tournants.

En rapprochant les résultats de l’inventaire réel, des existants de l’inventaire comptables permanent, on constate des différences appelées : différence d’inventaire. Trois situations  peuvent se présenter :   

Stock final réel < SF théorique : il s’agit d’un mali d’inventaire traité comme une sortie fictive 

SF réel > SF théorique : il s’agit d’un boni d’inventaire traité comme une entrée fictive) 

SF réel = SF théorique

Critique des méthodes d’évaluation des sorties des stocks

  • CMUP avec cumul du SI calculé en fin de période : 

Avantages : les sorties de stock et les existants qui leur succèdent sont valorisés au même coût  moyen unitaire. Du point de vue économique, cette méthode, du fait qu’elle conduit à prendre en  considération le stock initial en plus des entrées par le calcul du CMUP, permet un amortissement  des fluctuations des prix, on parle alors d’un lissage des coûts de revient. 

inconvénients : le principal reproche fait à cette méthode provient du fait qu’il faut attendre la fin de la période de référence pour valoriser les sorties de stock, ce qui est en contradiction avec le principe de l’inventaire permanent. 

  • CMUP après chaque entrée : 

avantage : il permet la valorisation des sorties en temps réel 

inconvénient : cette méthode ne peut être adoptée que si on utilise l’outil informatique, parce  que les calculs sont nombreux. 

  • Méthodes d’épuisement des lots : 

FIFO : en période des hausses des prix, la méthode conduit à une évaluation plus faible des  sorties, donc : à une minoration du coût de revient, à une majoration de la valeur du stock final,  conduisant l’une et l’autre à une majoration du résultat. En période de baisse de prix , l’inverse se produit. 

LIFO : en période de hausse des prix, la méthode conduit à une évaluation plus élevée des sorties 

donc : 

– à une majoration du coût de revient 

– à une minoration du stock final 

– conduisant l’une et l’autre à une minoration du résultat 

En période de baisse des prix, l’inverse se produit. 

Exercice corrige sur l’inventaire permanent

Au mois de mai, on a enregistré les renseignements suivant concernant une matière première :   

1 mai : stock initial de 10 kg pour 3200 € ; 

6 mai : sortie pour l’atelier A : 6 kg ; 

8 mai : réception de 20 kg à 325 € ; 

12 mai : sortie pour l’atelier B : 12 kg ; 

19 mai : sortie pour l’atelier A : 4 kg ; 

25 mai : réception de 25 kg à 321 € ; 

29 mai : sortie pour l’atelier B : 8 kg.   

T.A.F : tenir la fiche de stock par les méthodes suivantes : 

1) coût moyen unitaire pondéré après chaque entrée ; 

2) coût moyen unitaire pondéré unique ou mensuel ; 

3) premier entré premier sorti ; 

4) dernier entré premier sorti  

Réponses :   

1) CMUP après chaque entrée (CMUP) :   

Exercice corrige sur l'inventaire permanent

2) Coût moyen unitaire pondéré unique ou mensuel (CMUP) :  

l'inventaire permanent des stocks - cours et exercice corrigé

  3) Premier entré premier sorti (FIFO) : 

l'inventaire permanent des stocks - cours et exercice corrigé

4) Dernier entré premier sorti  (LIFO) :   

l'inventaire permanent des stocks - cours et exercice corrigé

Article précédentL’imputation rationnelle des charges fixes (ou de structure)
Article suivantExercices corrigés de la microéconomie [PDF]

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici