Les 12 qualités nécessaires du leader

0
13

Le leadership correspond à la manière dont un individu occupant une position hiérarchique dans l’entreprise exerce son autorité sur ses subordonnés.

On parle du « leadership du manager sur son équipe », mais aussi plus généralement du « leadership du dirigeant de l’entreprise par rapport à l’ensemble des salariés », il s’agit donc de la manière de mobiliser les ressources humaines afin d’atteindre des objectifs organisationnels.

Définition de leadership

D’après John P. Kotter Le leadership diffère du management mais pas pour les raisons que l’on généralement. Le leadership n’a rien de mystique ni de mystérieux, il n’a à voir avec le « charisme » ou quelque autre caractéristique personnelle exotique.

Il n’est pas le privilège d’un petit nombre d’élus, Il n’est ni meilleur ni pire que le management, et ne saurait pas davantage le remplacer. Il faut plutôt voir là deux modes d’action distincts et complémentaires, ayant chacun leurs fonctions et leurs activités propres. Tous deux sont nécessaires à la réussite dans l’environnement économique d’aujourd’hui. Le management gère la complexité.

Ses pratiques comme sa procédure sont pour beaucoup une réponse à l’émergence de grandes organisations complexes, fait majeur de ce siècle. Le leadership quant à lui gère le changement. Une des raisons pour lesquelles il a pris une telle importance ces dernières années est que le monde industriel est devenu éminemment concurrentiel et volatile. Et plus de changement réclame plus de leadership

Les qualités nécessaires du leader

Du fait de la complexité du phénomène de leadership, il serait difficile de présenter une liste exhaustive des qualités personnelles et nécessaire au bon exercice du leadership, et qui seraient valables pour tous les mangers, dans toutes les situations.

Cependant, la littérature managériale insiste sur certains aptitudes et traits personnels qui jouent un rôle décisif dans l’exercice réussi du
leadership ; parmi ceux-ci on note :

Charisme :

C’est la première qualité aux coté du leader, est la capacité à inspirer la fierté, la foi, le respect de l’enthousiasme, le leader charismatique a la capacité de donner un sens de mission, de vision.

L’intelligence émotionnelle :

De plus en plus des chercheurs et des praticiens mettent l’accent sur l’intelligence Émotionnelle comme composante indispensable de leadership.

Nous pouvons définir l’intelligence émotionnelle comme la composante indispensable de leadership, la compréhension de nos forces motivationnelles et subjectives.

D’après Golmen Daniel l’intelligence émotionnelle correspond à la capacité de comprendre ses émotions et celles des autres, et de le gérer d’une manière adéquate. Les récentes recherches montrent que l’intelligence émotionnelle joue un rôle décisif dans l’exercice efficace du leadership. Ce type d’intelligence fait appel à la conscience de soi, la maitrise de soi, l’empathie et la sociabilité.

La sociabilité et l’empathie :

La sociabilité pousse le manager à établir et maintenir des relations sociales positives et faire preuve du tact, d’extraversion et de sensibilité aux besoins des subordonnés. Ce qui lui permet de saisir la manière dont ses subordonnées évoluent dans l’entreprise, connaitre les besoins qu’ils ressentent.

Cette appréhension de la situation professionnelle et émotionnelle du subalterne aide le manager à adapter ses comportements pour mieux comprendre aux exigences de situation ; ainsi, il gagne en efficacité et fait preuve de l’empathie.

L’empathie est l’habilité qui permet la compréhension des émotions des autres, il s’agit, pour le manager, de se mettre à la de ses subordonnés pour connaitre et saisir leurs attitudes et leurs émotions, ce qui lui permet d’agir d’une manière efficaces sur eux.

Confiance en soi et conscience en soi :

La faculté à se connaitre soi même, en reconnaissant avec sincérité ses points forts et ses points faibles, est le fondement d’un bon leader. En tant que leader, vous devez aussi être cohérent avec vous-mêmes vous agissez uniquement en fonction de vos sentiment, vous risquez d’être cohérent et injuste vous devez donc savoir vous maîtrisez.

Au fur et à mesure que vous acquérez de l’expérience et des connaissances, vous agirez en fonction de ce que vous savez et vous aurez de plus en plus confiance en vous.

Gestion de soi :

Maitrise des émotions, intégrité, adaptabilité volonté de réalisation initiative optimisme.

Ethique, valeurs et morale

L’enthousiasme est la base de la motivation de l’équipe, les raisons pour lesquelles le leader voit une tâche accomplie son également important, les bons leaders sont poissés par un désir de réussir qui va au-delà de la rémunération ou de statut, il s’agit d’une motivation intérieure et non provoquée par des facteurs externes.

L’enthousiasme et le dynamisme englobant aussi la détermination et l’engagement. Les bons leaders mettent toute leur énergie à augmenter les performances au-dessus du niveau requis. Déjà dans la traduction philosophique depuis Aristote, se retrouve cette idée de l’éthique comme agent « sécularisateur de l’action ».

Etre tourné par l’avenir :

Cette qualité attendue correspond à la capacité de pouvoir imaginer le futur. Cela recouvre la notion de vision, non pas dans un sens prémonitoire. Qui lit dans l’avenir, mais Plutôt dans la capacité à fixer un cap, une orientation, un but à atteindre et dans lequel l’entreprise doit s’engager.

Etre motivant :

Cette qualité fait référence à l’enthousiasme, à la dynamique, à l’attitude positive par rapport au futur, aux autres ou à soi-même. Si les équipes attendent des leaders une vision pour l’avenir, elles souhaitent aussi être entrainées, motivées pour remplir leur mission.

La passion :

Le leader communique sa passion aux autres et leur donne le goût et la permission pour agir, le leader aime ce qu’il fait et sait le transmettre à son équipe. Aucun leader ne réussir seul. Il sait obtenir la coopération de toutes les personnes indispensables à l’aboutissement du projet.

Faire preuve d’audace, de curiosité, d’innovation :

Les leaders ont une âme de créateur. Souvent pionniers ils osent prendre des risques et s’aventurer sur des terres parfois hostiles ou idées et des risques nouveaux suscitent des réticences des oppositions. Le leader doit avoir le courage n’a pas peur de l’échec, bien au contraire, le leader doit avoir le courage d’échouer.

Il n’ya pas d’échec, mais des erreurs sources d’apprentissages. La perfection est rarement acquise du premier jet. Reconnaitre ses erreurs est une force. Ne pas reconnaitre ses erreurs anéantit tout les efforts pour gagner la confiance et, en plus, ne permet pas de trouver des solutions aux problèmes.

Encourage plutôt que blâmer :

Le leader ne blâme jamais leur équipe, ils préfèrent utilisent leur énergie à encourager. Donner à ses collaborateurs ou à son équipe la force pour gagner fait partie du travail du leader. Il invite l’équipe à se concentrer et à se battre contre les problèmes plutôt que d’utiliser cette énergie contre elle.

La vision :

Le leader a les yeux sur le futur, il imagine ce que sera demain, il anticipe. Il crée une ligne à suivre, une direction vitale pour lui, son équipe ou son organisation. Il visualise, il rêve le résultat ou une certaine image de celui-ci la vision n’est pas seulement celle du résultat de son équipe mais c’est aussi une vision de lui-même, de sa vie, du sens qu’il souhaite lui donner.

Pour y parvenir le leader doit comprendre, connaitre les autres, leurs besoins, leurs aspirations ou leurs valeurs et savoir leur parler. Le leadership est intimement lié à la capacité de créer et d’innover. En même temps, cette vision doit être papable, concrète ou signifiante pour les collaborateurs. Il ne s’agit pas d’un rêve irréalisable.

Conclusion

Que vous soyez déjà dans une position de leader ou que vous souhaitiez le devenir à l’avenir, vous devez déjà vous considérez comme tel. Pour y parvenir, il est important non seulement d’apprendre des autres leaders, mais aussi de développer les compétences qui feront de vous une personne de confiance.

Cela prendra forcément du temps, pourtant le jeu en vaut la chandelle. En devenant un pilier du groupe (vos collègues, amis, famille…), vous pourrez démultiplier les contributions de chacun, et créer un environnement positif où le bien-être et la productivité iront de pair

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici