Lexique de la comptabilité générale (ou financière)

Lexique de la comptabilité générale (ou financière) concerne principalement les définitions de la comptabilité, les principes comptables fondamentaux, le bilan, le compte, le compte de charges et produits, l’organisation comptable, travaux d’inventaire, la facturation et les effets de commerce

I. Notions de la comptabilité

  • Comptabilité : un système d’organisation de l’information financière permettant de saisir, classer, enregistrer des données de base chiffrées et présenter des états reflétant une image fidèle du patrimoine, de la situation financière et du résultat de l’entreprise à la date de clôture.
  • Comptabilité générale (financière):  celle des échanges qui rend compte des transactions réalisées entre l’entreprise et ses partenaires.
  • Comptabilité de gestion (analytique) : Elle complète la comptabilité générale, et  permet de procéder au calcul de différents coûts (coûts complets, coûts partiels) et constitue, à ce titre, un véritable outil de gestion et de pilotage de l’entreprise.
  • Normalisation comptable : ensemble des textes et des dispositions qui concourent à unifier la comptabilité, tout en lui donnant un maximum d’efficacité pour l’ensemble des partenaires éco.
  • Norme comptable générale : principes comptables fondamentaux + méthodes applicables aux agents éco,
  • Plan comptable générale : Il Présente le plan des comptes, leur codification et leur fonctionnement.

II. Principes comptables fondamentaux

  • Continuité d’exploitation : L’entreprise est présumée établir ses états de synthèse dans la perspective d’une poursuite normale de ses activités ;
  • Permanence des méthodes : L’entreprise est présumée établir ses états de synthèse en appliquant les mêmes méthodes et les mêmes règles de présentation d’un exercice à l’autre,
  • Coût historique : Les éléments d’actif doivent être gardés à leur valeur d’entrée, laquelle valeur doit rester intangible quelque soit la valeur actuelle de l’élément.
  • Spécialisation des exercices : Les produits et les charges doivent être rattachés à l’exercice qui les concerne effectivement et à celui là seulement.
  • Prudence : -Les charges sont comptabilisées dès qu’elles sont probables ;
                             -Les produits sont comptabilisés s’ils sont définitivement acquis ;
  • Clarté : Les opérations doivent être inscrites dans les comptes sans compensation entre elles ;
  • Importance significative : Toute information susceptible d’influencer l’opinion des lecteurs des états de synthèse sur le patrimoine, la situation financière et les résultats.

III. Pourquoi des normes comptables fondamentaux

C’est une nécessité pour les investisseurs sur un marché financier pour comparer les états financiers des entreprises. Pas de comparaison si les normes comptables ne sont pas identiques.

IV. Le bilan

  • Bilan : Un état représentatif de la situation patrimoniale de l’entreprise à une date donnée.
– Au passif : les origines des capitaux utilisés.
– A l’actif : l’emploi qui en est fait.
– la différence Actif / Passif = Résultat
  • Codification comptable : 1 Classe / Masse                2 Rubrique                                 3 Poste
                                               4 compte principal              5 compte divisionnaire              6 sous-compte.
  • Classes du bilan : 1 Financement permanent            2 Actif immobilisé            3 Actif circulant
                                         4 Passif circulant      5 Trésorerie      6 charges       7 produits      8 Résultats.

V. compte et compte de charges et produits

  • Compte : Un document comptable qui sert à enregistrer les opérations réalisées par une L’entreprise . ( la différence Débit / Crédit = Solde ).
  • Principe de la partie double : Toute écriture comptable doit affecter au moins 2 comptes, l’un est débité et l’autre est crédité de la même somme.
  • compte de charges et produits : Un état de synthèse qui permet de récapituler les comptes de produits et de charges pour déterminer le résultat net de l’entreprise .    Produits – charges = Résultat

VI. L’organisation comptable et ses supports

  • Journal : Un document légal où sont enregistrées, par ordre chronologique,  sans blanc ni rature, les opérations de ’entreprise décrites dans les pièces justificatives.
  • Grand livre : Il rassemble tous les comptes de l’entreprise , classés dans l’ordre du plan comptable générale. Il est établit à partir des écritures du journal.
  • Balance : Un tableau qui récapitule tous les comptes du grand livre à une date donnée.

VII. Ecritures de détermination des résultats

1- Regroupement des comptes de charges et de produits de même nature en leurs postes concernés ( 0 en 4ème position ); = les solder.
2- Regroupement des postes afin de déterminer les différents résultats et de présenter le compte de charges et produits. ( comptes de résultat classe 8 )

VIII. Travaux d’inventaire

1. Définitions

  • Inventaire : Sont des travaux tenus en vue de répondre à des obligations légales d’une part et à des impératifs de gestion de l’autre part
  • Inventaire extracomptable physique ou réel : consiste à recenser et évaluer tous les éléments du patrimoine de l’entreprise .
  • Inventaire comptable : Balance avant inventaire > Ecriture de régularisation & regroupement > Balance après inventaire > Etats d synthèse (bilan-CPC-ESG-TB-ETIC)

2. Les amortissements

  • Amortissement : La constatation comptable d’un amoindrissement irréversible de la valeur d’un actif résultant de l’usage, du temps, du progrès technique …
  • Valeur d’origine : Valeur d’entrée d’un élément d’Actif/Passif au bilan de l’entreprise.
  • Annuité/dotation : Le Montant de la dépréciation annuelle. Il peut être constant / variable selon le taux d’amortissent applicable.
  • VNA : La somme qui reste à amortir après une certaine période d’Amortissement.
VNA = VO – Cumul amortissements
  • Valeur résiduelle : La valeur estimée à priori  de l’immobilisation à la fin de la durée d’utilisation prévisionnelle.
  • Amortissement  linéaire :

-On fixe une durée prévisionnelle d’amortissement ;

-La VNA est considérée comme 0 à la fin de la durée d’amortissement
-Les annuités sont calculées sur la VO.
  • Amortissement dégressif :

-On fixe une durée prévisionnelle d’amortissement ;

-La VNA est considérée comme 0 à la fin de la durée d’amortissement
-Le taux dégressif = taux linéaire * coefficient ( 1,5 => n = 3 ou 4ans ;
                                                                                2 => n = 5 ou 6ans ;
                                                                                3 => n > 6
  • Prorata temporis Si le bien est mis en service en cours d’exercice, il faudra :
– La 1ère année : l’amortir pour la période allant de la date de mise en service à la date de clôture de l’exercice.
– La dernière année : l’amortir pour la période allant de la date de début d’exercice jusqu’à la date finale d’utilisation.
  • Amortissement dérogatoire : Amortissement qui ne constatent pas la dépréciation réelle des immobilisations. Il permet aux entreprises de bénéficier d’une réduction temporaire d’impôt ou résultat.
Amortissement dérogatoire = amortissement fiscal – amortissement comptable.

3. Les provisions

  • Provision : La constatation comptable d’un amoindrissement non irréversible de la valeur d’un élément actif.
  • Provisions pour dépréciation : La constatation comptable d’un amoindrissement non irréversible de la valeur d’un élément actif.
  • Provisions pour risques et charges : Destinées à couvrir des risques et des charges précis
  • Provisions réglementées : Provisions ne correspondant pas à l’objet normal d’une provision. L’objectif : permettre aux entreprises d’accroître leurs ressources de financement : Augmenter leurs capital ou diminuer le bénéfice imposable ;
! Emprunt indivis : contracté auprès d’un seul créancier.

4. Les stocks

  • Stock / Des éléments identifiables du patrimoine de l’entreprise et dont elle attend des avantages économiques futurs (stock de MP, M/se, PF…)
  • Inventaire permanent des stocks : Une organisation de comptes de stock qui s’occupe de l’enregistrement des mouvements d’entrée et de sorties. Objectif : connaître de façon continue les existants chiffrés en qté et en valeur.
  • FIFO : Les matières sortent du stock dans l’ordre où elles sont entrées.
  • LIFO : Les sorties se feront d’après les entrées les plus récentes.
  • CMUP : Méthode d’évaluation des sorties en stock. CMUP=valeurs globales / Qtés

5. Régularisation des produits et des charges

  • Charge constatée d’avance : Des charges comptabilisées durant l’exercice comptable, mais dont une partie concerne l’exercice suivant.
  • Produit constaté d’avance : Des produits comptabilisées durant l’exercice comptable, mais dont une partie concerne l’exercice suivant.
  • Charge à payer : Des charges de l’exercice comptable en cours, mais ne seront payées qu’au cours de l’exercice suivant par absence de document justificatif.
  • Produit à recevoir : Produits de l’exercice comptable en cours, mais ne seront enregistrés qu’au cours de l’exercice suivant par absence de document justificatif.

6. Valeurs mobiliers et titres

  • Valeurs mobilières : Sont des titres financiers émis par les ABF (Agents à Besoin de Financement ) sur le marché primaire et acquis par les ACF. ( C=capacité )
  • Action (sté de capital) : Un titre de propriété avec une rémunération aléatoire ( % d’intérêt variable). ( Les actions de K, d’apport, prioritaires…)
  • Obligation : Un  titre de créance à LT émis par les ABF au moment du lancement d’un emprunt. Elle est assortie d’un taux d’intérêt généralement fixe.
  • Titres/OPCVM : Des actions de SICAV (société d’investissement à capital variable) ou des parts de fonds communs de placement.
  • TP : Titre de participation  : Actions ou parts sociales dont la possession durable est utile parce qu’elle permet d’exercer une influence/ un contrôle sur la sté émettrice des titres.
  • Titre & valeurs de placement : Titres acquis dans un objectif de spéculation : réaliser un gain à brève échéance, conservés à -1an.
! Immobilisation : Tous les B & valeurs destinés à rester durablement dans l’entreprise à l’exclusion de ceux faisant partie du cycle d’exploitation.

7. Les subventions

  • Subvention : Des aides accordées à l’entreprise par l’Etat, les CL, ou des tiers / ou des aides accordées par l’entreprise elle-même pour ses tiers.
  • Subvention d’exploitation :

-Compenser l’insuffisance de certains produits d’exploitation.

-Faire face à certaines charges d’exploitation.
  • Subvention d’équilibre : Compenser tout en partie la perte globale, qu’elle aurait constatée si cette subvention ne lui avait pas été accordée.
  • Subvention d’investissement :
-Acquérir ou créer des immob : subvention d’équipement ;
-Financer des activités à long terme.

IX. La facturation

  • Facture : Elle sert de pièce justificative à la comptabilité de l’acheteur  et du vendeur.
  • Facture DOIT : Elle mentionne en général le Mt que le client doit au Frs, càd la créance du vendeur sur l’acheteur après une opération de vente.
  • Facture AVOIR : Dans le cas où le client fait retourner au Frs une partie ou l’ensemble de la marchandise se non conforme à la commande, le Frs adresse à son client une nvlle facture Avoir.
  • Réductions commerciales et financière : Des diminutions du Montant de la facture.
  • RRR.  ou escompte de règlement, pour règlement au comptant ou anticipé.
  • Majorations : TVA , emballages et transport.
  • Chèque : C’est un titre de propriété monétaire permettant au bénéficiaire de se faire servir, jusqu’à due concurrence, les avoirs portés au crédit d’un compte du créancier auprès de la banque.

X. les effets de commerce

  • Effet de commerce : Un titre négociable représentant une créance payable à court terme et mobilisable    ( Lettre de change ou traite  + Billet à ordre ).
  • Lettre de change : Un écrit par le quel un créancier demande à son débiteur de payer à une date fixée une somme déterminée à une personne bénéficiaire.
  • Billet à ordre : Un écrit par le quel un débiteur appelé souscripteur s’engage à payer la somme due à l’échéance à son créancier.
  • Endossement : Un effet de commerce peut être transmis par une mention opposée au verso, assortie de la signature de l’auteur et suivie d’une remise matérielle du titre.
  • Escompte : Une opération qui consiste à céder un effet à un établissement financier avant l’échéance moyennant un agio (= escompte+commission+TVA).
V.nette = V Nominale – agio        e = V * n * t%        V.actuelle = V.N – e.
! charges de personnel = salaires + charges sociales
Article précédentexercices corrigés sur la gestion des approvisionnements [PDF]
Article suivant[PDF] exercices corrigés sur les indicateurs et les tableaux de bord

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici