les types de marchés concurrentiels (cours résumé)

Le marché d’un bien ou d’un service, peut être défini comme un lieu de rencontre  à un moment donné de la volonté des consommateurs exprimée par leur demande et des désirs des producteurs exprimés par leur offre.

Autrement dit, le marché est le lieu de rencontre de l’offre des vendeurs et de la demande des acheteurs dans le but de réaliser un échange.

il existe différents types de marché :

Les marchés : Définition et typologie

Lorsqu’il y a un seul vendeur sur un marché, on parle de monopole. Lorsqu’il y a un seul acheteur on parlera de monopsone. Dans ces circonstances le vendeur (ou l’acheteur) unique est en mesure de déterminer le fonctionnement du marché ; prix, quantités échangées, …C’est alors la puissance publique qui déterminera les modalités des échanges.

Lorsqu’un marché comprend un grand nombre de vendeurs et d’acheteurs, nous nous trouvons en situation de concurrence. Chaque intervenant sur le marché a peu (pas) d’influence sur ce marché et subit la loi du marché (prix, quantités échangées, …). Dans certains cas, lorsque l’information est parfaite et le produit parfaitement homogène, on parlera de concurrence pure et parfaite.

Lorsqu’il y a quelques vendeurs, nous nous trouvons en situation d’oligopole. Dans ce cas les vendeurs peuvent chercher à intervenir sur le marché en construisant une stratégie qui tienne compte des réactions possibles des concurrents.

Pour prendre des parts de marché, par exemple, une entreprise cherchera à déterminer les réactions possibles de ses concurrents, avant d’engager une action (baisse de prix, promotions,…). Cette démarche ressemble à celle d’un joueur d’échecs et les différentes stratégies possibles sont traitées à l’aide des techniques de théorie des jeux.

Marché de concurrence pure et parfaite

Dans le modèle de la C.P.P ; offreurs et demandeurs considèrent les prix comme  donnés et s’adaptent par les quantités.

Pour parvenir à une situation d’équilibre général des marchés, il faut que la concurrence parfaite règne sur chacun, qu’il soit parfaitement concurrentiel.

On distingue habituellement cinq (5) caractéristiques, dites « conditions de la  C.P.P »:

a. L’atomicité du marché

Tels des atomes, les producteurs comme les consommateurs sont nombreux et de petite  taille par rapport à la dimension du marché, aucun acheteur ne sera suffisamment  important pour obtenir des conditions privilégiées; aucun vendeur ne pourra affecter le  prix du marché en modifiant son offre.

b. La transparence

Les acheteurs sont parfaitement informés sur les prix pratiqués par les différents  vendeurs, mais aussi que les producteurs connaissent le prix auquel ils peuvent  écouler leur production.

c. La fluidité (sans barrières)

Entrée facile de toute entreprise sur le marché sans barrières (c’est à dire sans  coûts prohibitifs).

d. L’homogénéité du produit (même produit ou produit similaire)

Il ne doit pas y avoir de différence de qualité, réelle ou imaginaire, entre les  produits présents sur le marché; aucun acheteur ne doit avoir de raison pour  préférer le produit d’un vendeur à celui d’un autre ou une marque à une autre,  sinon, il faudrait admettre que le prix n’est plus le seul signal auquel réagissent les  échangistes.

e. La mobilité 

Les facteurs de production, qui sont le travail et le capital technique, doivent  pouvoir se déplacer ou être déplacés d’un endroit à l’autre selon les besoins du  marché.

 f . Récapitulatif: conditions de la C.P.P

– Pure :

  • Atomicité;
  •  Homogénéité du produit;
  •  Libre entrée dans la branche.

– Parfaite :

  • Parfaite mobilité des facteurs de production.
  •  Parfaite transparence du marché;

concurrence imparfaite

Les marchés concrets sont loin de satisfaire aux 5 conditions de base (atomicité,  transparence, fluidité, homogénéité et mobilité).

On aboutit à la formation des prix en concurrence imparfaite, situation marquée  par la suppression de l’une ou l’autre caractéristiques idéales des marchés parfaits. Les principales formes de concurrence imparfaite sont : le monopole, l’oligopole, le monopole discriminant et la concurrence monopolistique.

a. Le Monopole

Définition du monopole

  • Un monopole peut être défini comme la situation dans laquelle il y a un seul  vendeur sur un marché. c’est une forme de concurrence imparfaite dans  laquelle un vendeur (offre) fait face à une multitude d’acheteurs (demande).
  • Le monopole est bilatéral si le vendeur fait face à un seul acheteur.  Le vendeur en situation de monopole fixe un prix d’autant plus élevé que les  consommateurs sont attachés au produit (demande inélastique) et réagissent moins aux  variations de son prix « c’est le règne du producteur ».

Origines des monopoles

Monopole naturel

La concentration et l’élimination des producteurs moins performants à long terme  (LT) aboutissent inéluctablement à un monopole.

Monopole d’innovation (étudié par Joseph Schumpeter)

Un argument plus général en faveur des monopoles a été avancé par Joseph  Schumpeter au nom du progrès technique et de l’innovation:

« les grandes entreprises en luttant pour accroître leurs parts de marché et  diversifier leurs productions, seraient mieux à même de développer des politiques de  recherche, de planifier leurs investissements et de promouvoir le progrès technique en  créant des produits nouveaux ».

Monopole légal

 A travers l’existence des obstacles réglementaires ou législatifs à l’entrée de  concurrents sur le marché.

Les hypothèse du monopole

Existence de : homogénéité, transparence, mobilité comme en C.P.P ;

Non existence de : atomicité (car 1 seul vendeur), fluidité (pas de libre accès pour  certains monopoles).

Remarque:

 Dans une économie de marché de C.P.P, le prix est donné comme seul élément  d’information et permet la meilleure allocation possible.

 Dans une économie de marché avec des situations de monopole, le prix n’est  plus donné mais fixé par le monopoleur.

b. L’oligopole : concurrence oligopolistique 

Définition de l’oligopole

  • C’est une situation de concurrence imparfaite, dans laquelle un petit nombre de  vendeurs fait face à une multitude d’acheteurs. Dans ce cas, on ne peut plus  supposer que chacun agit indépendamment des autres, il faut au contraire  expliciter les anticipations de chaque participant au marché quant aux réactions  des autres à sa propre stratégie.
  • L’oligopole est la situation d’un marché où le nombre des producteurs est  suffisamment limité pour que les décisions de l’un d’entre eux aient une influence  sur les décisions des autres.

Dilemme de l’oligopole:

L’équilibre de l’oligopole oscille en permanence entre la tentation d’une  concurrence à outrance pour « envahir » le marché et celle d’une entente implicite  pour limiter les effets nocifs de la concurrence sur les profits (guerre des prix). Donc  la stratégie optimale d’une entreprise dépend alors de la stratégie qui sera adoptée par les autres.

Oligopole avec différenciation du produit ou sans

L’oligopole entraîne un comportement de type stratégique. La variable  stratégique essentielle est :

c1-soit le prix: quand les entreprises peuvent suffisamment différencier leurs  produits pour disposer d’un certain pouvoir de fixation de prix.

c2- soit la quantité produite (sans différencier le produit)

Quand le produit est homogène et le prix est unique et imposé par le marché.

Les hypothèses de l’oligopole:

Comme celles du monopole (pas d’atomicité et pas de fluidité).

c. Le Monopole discriminant

Mécanisme

Dans le marché de monopole, le prix est une variable de décision et non une donnée  de marché qui s’impose à lui. Ainsi, s’il s’avère que certains clients sont disposés à payer  plus cher que d’autres clients, le monopoleur est incité à opérer une discrimination par les prix dans la limite des contraintes imposées par l’élasticité de la demande.

La discrimination entre les clients

  • Pour les clients sensibles au prix : le monopoleur peut leur pratiquer un tarif plus  avantageux, en leur interdisant les transactions secondaires entre les clients (ex:  revendre les produits).
  • Pour les clients moins sensibles: le monopoleur peut leur augmenter le prix.

La discrimination entre les unités consommées

 Le monopoleur peut faire payer cher les premières unités achetées que les suivantes.

 En fait, les consommateurs sont disposés à payer plus cher les premières unités,  puis de moins en moins cher les suivantes.

La discrimination entre les quantités vendues:

 Plus la quantité demandée est élevée plus le monopoleur peut faire baisser le prix.

Conclusion: 

 La discrimination ne permet donc pas seulement d’accroître les profits du  monopole, elle permet aussi une allocation des ressources aussi efficace qu’en régime de  C.P.P.

d. La concurrence monopolistique

définition de la concurrence monopolistique

C’est un mélange de concurrence et de monopole qui a amené Chamberlain à  décrire ce type de marché par concurrence monopolistique.

C’est une situation de concurrence dans laquelle les entreprises différencient  tellement leurs produits qu’elles se trouvent disposé d’un certain monopole pour leurs  propres produits.

Mécanismes

Les producteurs parviennent à différencier leurs produits par la marque, la publicité, la  qualité et la quantité.

Hypothèses

 Toutes les hypothèses de la C.P.P sauf l’homogénéité, ici les produits sont hétérogènes

Article précédentLe management – cadre général
Article suivantéconomie keynésienne

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici